130

Cedars Of Lebanon

No Line On The Horizon

Cedars of Lebanon est une clôture d’album soignée, bien ancrée dans l’ambiance orientale de No Line On The Horizon, bercée par le chant presque chuchoté de Bono et le rythme quasi militaire impulsé par Larry. Un regret : que le titre garde ce faux rythme. Il aurait pu mieux figurer dans notre classement.

129

Electrical Storm

Dans Electrical Storm, seul le couplet est vraiment réussi, notamment sur le mix de William Orbit, plus chaleureux et utilisant la guitare acoustique. Pourtant loin d’être mauvais, le titre souffre d’un aspect bancal, non terminé, notamment sur le final qui ne semble pas du tout coller avec le reste du morceau. La version live, elle, s’avérera catastrophique, testée 2-3 soirs sur le 360° Tour puis définitivement écartée. A noter enfin la (rare) prestation d’acteur de Larry dans le clip.

128

Surrender

War

Il y a des choses intéressantes dans l’avant-dernier titre de War, notamment des couplets énergiques et un riff de guitare percutant. Le problème vient plutôt des refrains, des choeurs de The Coconuts, et d’un final bien trop longuet. Un titre qui peine à convaincre.

127

If You Wear That Velvet Dress

Pop

U2 explore sur If You Wear That Velvet Dress des sonorités trip-hop. Le résultat est un morceau d’ambiance sympathique, entre les chuchotements de Bono, le solo feutré de The Edge et la basse omniprésente. Ce titre singulier fut transcendé en 2002 par Jools Holland et son big band, avec une prestation tout bonnement fantastique de Bono. Avant de disparaitre totalement des écrans radars du groupe.

126

Spanish Eyes

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Spanish Eyes est une face B un peu particulière qui aura droit non seulement à son clip vidéo mais également à des prestations live régulières. D’accord, celles-ci se limitent désormais à une apparition tous les 4 ans lors de concerts en Espagne ou au Mexique, mais c’est toujours ça de pris et rares sont les fans à s’en plaindre. Un titre rythmé et emballant, simple, rafraichissant et sans prise de tête, à écouter de temps en temps pour le plaisir.

125

God Part II

Rattle & Hum

God Part II est un titre un peu oublié de Rattle And Hum. Pourtant c’est un morceau d’une sublime intensité, dur, énervé, presque hors sujet sur l’album. Sa noirceur annonce plutôt celle d’Achtung Baby et n’aurait pas vraiment détonné à côté de The Fly. Un titre annonciateur donc.

124

Always

All That You Can't Leave Behind (bonus & faces B)

Always est un titre intéressant pour comprendre le travail du groupe en studio et notamment la façon dont il construit et déconstruit ses morceaux étape par étape. Always est le morceau qui permettra au groupe de composer Beautiful Day et il sortira naturellement en face B de ce dernier. Un titre honnête et agréable à écouter pour cette parenté avec le premier single d’All That You Can’t Leave Behind.

123

FEZ – Being Born

No Line On The Horizon

FEZ – Being Born aurait fait une excellente introduction de concert si le groupe avait eu le courage de le défendre sur scène. Morceau atypique de No Line On The Horizon, il ressemble à l’aboutissement des expérimentations orientales du U2 de l’époque, mixant son rock avec une ambiance nord-africaine savoureuse. On ne parle bien sûr pas d’un chef d’oeuvre mais d’un titre coloré, sans arrière pensée, déstructuré, et qui vous transporte dans les rues de Fès, bien loin du formatage radio habituellement si cher au groupe.

122

Love Rescue Me

Rattle & Hum

Love Rescue Me est une belle ballade, agréable, en partie co-écrite par Bob Dylan. Un morceau qui fait le job, certes, mais qui ne se démarque pas vraiment dans l’album Rattle And Hum et encore moins dans la carrière du groupe, en dépit des belles envolées lyriques de Bono. Un titre un peu trop long, un peu trop sage, un peu trop propre. Le groupe fera beaucoup mieux.

121

Stories For Boys

Boy

Stories For Boys est initialement sortie sur l’EP « U2 Three » en 1979 avant d’être retravaillée et d’intégrer l’album Boy. Le morceau est intéressant pour la forte présence vocale de The Edge sur le refrain et fut incontournable lors des deux premières tournées mondiales du groupe. Son apparition en snippet sur Vertigo en 2005 fut appréciée.

120

Love Comes Tumbling

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Love Comes Tumbling est une face B de qualité de l’époque The Unforgettable Fire, sortie notamment sur l’EP Wide Awake In America. Ce titre, porté par une grosse prestation d’Adam, illustre bien la montée en gamme du groupe et de ses compositions au milieu des années 80. Il dépasse facilement beaucoup de morceaux sortis sur les trois albums précédents.

119

California (There Is No End To Love)

Songs of Innocence

La piste 3 des albums de U2 est assez souvent synonyme de titre majeur voire de tube. California (There Is No End To Love) aurait donc pu jouer un rôle important sur Songs Of Innocence et il en avait probablement le potentiel.

Ce n’est pas un mauvais morceau en soi, le refrain est accrocheur et le rythme est bien là, on sent le début de quelque chose, mais la production est d’une déception monumentale. De l’introduction ridicule à la disparition pure et simple de The Edge, relégué au troisième plan et noyé dans les « oh-oh » de Bono et les nappes de synthé, on se demande bien ce qui a pris au groupe de saborder comme ça ce qui semblait pourtant être une bonne idée.

California fut jouée 4 ou 5 fois en live sur la tournée Innocence + Experience, sans réelle motivation, comme si U2 sentait depuis le début qu’il n’en ferait rien. La version jouée en conclusion du concert au Roxy Theatre est pourtant efficace et méritait que le groupe insiste un peu. Grosse frustration.

118

An Cat Dubh

Boy

« Le chat noir » en gaélique est un morceau de Boy plutôt déséquilibré mais très attachant et qui a la particularité de s’enchainer admirablement avec Into The Heart. Un titre qui respirait étonnamment (trop ?) la maturité et qui a plutôt bien vieilli, en témoigne sa résurrection réussie en concert lors du Vertigo Tour en 2005.

117

Drowning Man

War

Il y a tout un mythe autour de ce titre depuis que le groupe a eu l’intention saugrenue de l’intégrer à son set sur le 360° Tour. Fidèle à son habitude, les Irlandais ne concrétiseront jamais cette idée, créant une frustration totalement irrationnelle chez les fans. Drowning Man n’est pas un mauvais titre, loin de là, l’utilisation du violon électrique lui donne même une certaine singularité, mais à part ça ? Pas grand chose pour être franc.

116

Holy Joe

Pop (bonus & faces B)

Difficile de dissocier Holy Joe de cette conférence de presse d’annonce du Popmart Tour dans un supermarché new-yorkais. U2 était alors un putain de groupe qui avait la classe et ce titre groovy transpire totalement cet état d’esprit. Sortie sous deux mix différents, la face B de Discothèque est surtout intéressante dans sa version Guilty Mix qui valorise bien mieux le riff de The Edge et la dynamique du morceau. On regrettera néanmoins son aspect un peu fouilli et bordélique. A moins que ce soit au contraire ce qui fasse son charme…

115

Get Out Of Your Own Way

Songs of Experience

U2 s’est mis en tête de faire un Beautiful Day bis sur son album Songs Of Experience. Si l’envie de reproduire l’un de leurs derniers tubes est louable, la réalisation laisse perplexe. Plus pop que son aînée, Get Out Of Your Own Way fait illusion sur l’album grâce à sa production léchée et sa transition rappée vers American Soul. En live par contre la belle promesse tourne court et se transforme en pétard mouillé.

114

Silver And Gold

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Bono déclara à l’époque que Silver And Gold était son « premier morceau blues », annonçant dès 1985 les orientations de Rattle And Hum. Ecrit à l’origine pour le projet Sun City de Little Steven, il avait alors été interprété en acoustique avec Ronnie Wood et Keith Richards. U2 repassera sur le morceau en 1987 pour une version électrique dure, pleine de rage, et qui prendra place en face B de Where The Streets Have No Name. Mais c’est en live, en seulement une dizaine d’apparitions lors du Joshua Tree Tour, que ce titre passera à la postérité. La version sortie sur l’album Rattle And Hum est un monument.

113

Stand Up Comedy

No Line On The Horizon

Stand Up Comedy appartient à ces quelques titres No Line On The Horizon dans lesquels U2 abandonne ses inspirations orientales pour brasser plus large. Comme s’il fallait compenser à tout prix ce choix artistique trop affirmé et rattraper les quelques fans perdus en route. Il en résulte un morceau rock bien rythmé, bien construit, loin d’être mauvais mais clairement hors sujet, perdu au milieu d’un concept qu’il aurait fallu assumer jusqu’au bout.

112

Invisible

Neuf mois avant la sortie de Songs of Innocence et le fiasco de son partenariat avec Apple, U2 utilise déjà les ficelles les plus grosses pour occuper l’espace médiatique. Quoi de mieux qu’un single inédit dévoilé lors d’une pub le soir du Superbowl, sponsorisé par Bank Of America, et accolé à une oeuvre caritative ?

Invisible porte en lui le poids de cette incapacité à faire simple et spontané. Même si le titre est plutôt bien structuré et la mélodie réussie, la batterie électronique plombe le morceau et lui donne un aspect très artificiel. Artificiel comme le clip, tourné lors d’un concert factice, et dans lequel Bono singe toutes ses postures favorites.

La version live lors de l’Innocence + Experience Tour s’avèrera plus intéressante mais, jouée dans l’écran, pâtira de la configuration scénique.

111

The First Time

Zooropa

The First Time est une ballade atmosphérique sans grande prétention mais on l’apprécie pour sa sobriété et son authenticité, au milieu d’un album aux sonorités plus synthétiques. A noter une apparition pleine de charme en 1999 en introduction du film Million Dollar Hotel.

110

Tryin’ To Throw Your Arms Around The World

Achtung Baby

Si Achtung Baby marque par sa noirceur, cela n’empêche pas U2 d’y manier l’humour, notamment avec Tryin’ To Throw Your Arms Around The World dans laquelle Bono nous raconte ses cuites nocturnes. Une ballade sympathique dont le caractère festif se révélera en concert lors du Zoo TV Tour avec un débouchage de champagne de rigueur. Le titre ne survivra malheureusement pas à la tournée et sera même sacrifié comme un moins que rien sur la vidéo du concert de Sydney. Sanction immédiate : c’est le titre d’Achtung Baby le moins bien placé dans notre classement.

109

If God Will Send His Angels

Pop

Dans le cinquième single de Pop, Bono nous envoie tellement de « God » et de « Jesus » que ça en devient indécent, particulièrement pour nous autres Français et défenseurs de la laïcité. Difficile d’apprécier les charmes d’un titre dont le nom et le refrain sont si ridicules. Pourtant en creusant bien on apprécie la mélodie, le son de The Edge, et même ce passage où Bono fait du scat. La production est néanmoins un peu lourde et le groupe ne parviendra pas s’en défaire, massacrant le morceau une fois en concert, avant de le convertir en snippet allongé. Un destin encore plus funeste que Staring At The Sun.

108

Van Diemen’s Land

Rattle & Hum

Van Diemen’s Land se prend sans prétention, juste pour le plaisir. Une belle ballade solo, douce, poétique, taillée pour l’ami Edge. On aurait presque aimé que U2 creuse un peu plus et prolonge cette belle idée, finalement bien trop courte.

107

I’ll Go Crazy If I Don’t Go Crazy Tonight

No Line On The Horizon

Crazy Tonight est un titre pop sans grand surprise, plein de peps et transpirant l’envie de passer à la radio. Ce qui n’est pas vraiment un compliment. Le titre semble totalement hors sujet après les quatre premiers titres de No Line On The Horizon. On apprécie néanmoins le texte, construit sur des phrases en forme de slogan, la production léchée et surtout ce remix brillant qui fera bouncer la planète entière pendant le 360° Tour.

106

One Step Closer

How To Dismantle An Atomic Bomb

One Step Closer passe un peu inaperçu sur How To Dismantle An Atomic Bomb. Peut-être la faute à son rythme lent et son aspect dépouillé. C’est pourtant un titre profond, une vraie introspection de Bono se confiant sur son père. La production est exemplaire et l’utilisation de la pedal steel guitar donne à ce morceau atmosphérique un charme particulier. On attend vainement que le final décolle un peu, dommage.

105

Stuck In A Moment You Can’t Get Out Of

All That You Can't Leave Behind

Souvent méprisée par les fans et raillée pour son côté sirupeux, Stuck (pour les intimes) est pourtant une ballade qui tient la route. Efficace et plutôt bien écrite, elle fonctionne toujours bien, tant en studio qu’en live, full band, acoustique, ou même symphonique. Bref, un titre solide. On reste par contre perplexe devant ce clip où Bono tombe dix-huit fois de camion.

104

Like A Song…

War

Like A Song est globalement sous-estimé mais c’est pourtant l’un des morceaux solides de War. Un titre nerveux dans lequel Larry est au top. On regrettera le final un peu longuet et son absence totale en concert. Le morceau n’a bizarrement été joué qu’une seule fois un soir de février 1983 à Dundee, avant d’être définitivement enterré.

103

Oh Berlin

Achtung Baby (bonus & faces B)

Le charme de Oh Berlin est évidemment de nous replonger dans les sessions d’enregistrement d’Achtung Baby à Berlin. Aucun titre ne porte autant en lui l’ambiance et le son de cette période charnière pour U2. Avec ce morceau, sorti en bonus pour les vingt ans de l’album, les Irlandais nous offrent un souvenir indélébile de cette époque et la preuve absolue qu’aucune autre ville européenne n’a autant compté pour eux.

102

Fast Cars

How To Dismantle An Atomic Bomb

Parfois il arrive que les U2 se lâchent totalement. Fast Cars, enregistrée à l’arrache le dernier jour des sessions d’enregistrement d’How To Dismantle An Atomic Bomb, fait partie de ces moments (trop rares) où le groupe se laisse aller et joue uniquement pour le plaisir. Un titre rythmé qui vous transporte par sa fraîcheur et sa spontanéité. Une franche réussite qui finira carrément en piste bonus sur l’album et aura droit à quelques versions live sur la scène du Vertigo Tour.

101

Down All The Days

Achtung Baby (bonus & faces B)

Avec Down All The Days, on découvre ce qu’aurait pu être Numb chanté par Bono et avec d’autres paroles. Cette démo d’Achtung Baby dépasserait presque le morceau final tant elle respire la spontanéité et la fraîcheur. Le final où Bono semble en pleine improvisation est superbe.

100

Gloria

October

Avec Gloria, U2 revient pour son second album avec la même vitalité qui avait fait succès de Boy. Le riff de guitare énergique dynamise le morceau et garantit son succès en live, en témoigne son retour très apprécié trente-cinq ans plus tard lors du Experience + Innocence Tour. Mais même s’il est clairement le meilleur titre d’October, Gloria échoue à atteindre les sommets d’I Will Follow ou Out Of Control.

99

When Love Comes To Town

Rattle & Hum

When Love Comes To Town est intéressant car il représente l’aboutissement du concept de Rattle And Hum. U2 y réussit son incursion dans le blues grâce à ce duo avec le maître BB King. Ce dernier prendra même la route du Lovetown Tour avec le groupe. Ses rares apparitions en 2015 ont réjoui les fans qui ont eu la chance de l’entendre. A écouter de temps en temps pour les férus de ce style musical.

98

City Of Blinding Lights

How To Dismantle An Atomic Bomb

Sans en être l’égal, City Of Blinding Lights évoque Where The Streets Have No Name à bien des égards. Très réussi en version studio, le titre est probablement un des plus aboutis de How To Dismantle An Atomib Bomb. On aime l’introduction qui monte doucement, le chant posé de Bono et la structure du morceau. A sa sortie en 2005, le morceau fut d’ailleurs une vraie réussite en live. L’effet nouveauté est cependant vite retombé, le titre devenant un passage obligatoire absolument insupportable à chaque concert du groupe.

97

Lucifer’s Hands

Songs of Innocence (bonus & faces B)

Difficile de considérer Lucifer’s Hands sans penser à Return Of The Singray Guitar, cette démo que U2 aura osé nous balancer en ouverture de ses concerts lors de la tournée 360° Tour. La version finale du morceau est certes une face B de bonne facture, mais vaut-elle mieux que la démo originale ? La question mérite d’être posée.

96

Hawkmoon 269

Rattle & Hum

Bono aurait dit un jour qu’Hawkmoon 269 était sa chanson préférée de U2. Carrément. Le fait est que ce titre symbolise bien Rattle And Hum, U2 expérimentant avec talent le blues et les chœurs. Le morceau monte doucement, le son est brut, Edge sonne plutôt bien et Bono y manie différents registres. Bref, une belle pièce mais qui ne laissera pas une trace indélébile et ne sera quasiment pas défendue en concert.

95

Love Is All We Have Left

Songs of Experience

Avec Love Is All We Have Left, U2 signe une introduction crépusculaire et audacieuse à Songs Of Experience. Ce morceau atmosphérique est une vraie surprise et une entrée en matière plus que séduisante. Son intérêt s’essouffle néanmoins rapidement au fur et à mesure des écoutes.

94

Running To Stand Still

The Joshua Tree

Il aura fallu attendre la 94ème place pour trouver un titre de The Joshua Tree, ce qui en dit long sur le niveau de cet album. Running To Stand Still est d’ailleurs loin d’être un mauvais titre. C’est la première vraie ballade de la carrière de U2, un morceau dépouillé basé sur le piano et la guitare, offrant un vrai moment de recueillement en concert. Une belle réussite à créditer d’une transformation électrique parfois bouleversante lors du Zoo TV Tour.

93

Window In The Skies

Window In The Skies sort en 2006 en support de la compilation U218 Singles, du livre U2 By U2 et ouvre un nouveau chapitre de l’histoire de U2. Un chapitre fait de regards vers le passé et contemplation du chemin parcouru. Les deux clips vidéos, brillants, racontent à leur manière le passé et les influences du groupe et semblent déjà annoncer le futur Songs of Innocence. Musicalement le titre est enjoué, pop et dansant, un morceau sympathique pour patienter entre deux albums.

92

Mothers Of The Disappeared

The Joshua Tree

La dernière piste de The Joshua Tree est une ballade envoûtante, poignante, portée par la guitare acoustique et les chœurs de The Edge. Hommage au mouvement des « Madres de Plaza de May », mouvement contestataire issu de la dictature militaire en Argentine, le titre séduit par son engagement politique. Peu joué en concert en 1987, il culmine étrangement dix ans plus tard, lorsque le groupe le joue sur scène en Amérique du Sud au cours du Popmart Tour.

91

Red Flag Day

Songs of Experience

Red Flag Day nous offre des réminiscences de War sur Songs Of Experience et c’est un clin d’oeil sympathique trente-cinq ans plus tard. Le problème est que Bono n’a plus la même voix qu’à l’époque. Le refrain power-pop est de trop pour notre sexagénaire qui s’y cassera la voix en concert, avant de logiquement renoncer et renvoyer le titre aux oubliettes.

90

Love And Peace Or Else

How To Dismantle An Atomic Bomb

Titre le plus rock et le plus dur d’How To Dismantle An Atomic Bomb, Love And Peace est un morceau froid quasi-métallique. Cri de colère contre la guerre, il prit toute sa dimension en live lors du Vertigo Tour. Parfois utilisé en ouverture de concert aux Etats-Unis, c’est en plat de résistance en Europe qu’il marquera les esprits, formant un trio ravageur aux côtés de Sunday Bloody Sunday et de Bullet The Blue Sky.

89

North And South Of The River

Pop (bonus & faces B)

Initialement co-écrite avec Christy Moore en 1995, North And South Of The River fut ré-enregistrée par le groupe lors des sessions de Pop. Elle aurait d’ailleurs très bien pu figurer sur l’album sans que personne n’y trouve à redire. La chanson, triste et larmoyante, traite du conflit irlandais mais d’une façon bien différente de Please, plus proche de l’abattement que de l’incantation. Sa seule interprétation live, lors d’un concert hommage aux victime de l’attentat d’Omagh en 1998, est aussi splendide qu’unique.

88

Angel of Harlem

Rattle & Hum

Angel of Harlem est assurément l’un des titres les plus réussis de Rattle And Hum. Hommage à Billie Holiday, le morceau parle de jazz et de la ville de New York. Il aura une belle et régulière carrière en concert, conservant suffisamment de fraîcheur pour rester apprécié même trente ans plus tard.

87

Trip Through Your Wires

The Joshua Tree

C’est le blues et la musique country qui transpirent dans Trip Through Your Wires. On aime la bonne humeur communicative du morceau et la performance de Bono à l’harmonica, chose nouvelle à l’époque. Intensément joué en live en 1987, le titre disparaitra totalement de la circulation avant que sa légèreté ne nous séduise à nouveau en 2017 lors de la tournée célébrant les trente ans de Joshua Tree.

86

Crumbs From Your Table

How To Dismantle An Atomic Bomb

Crumbs From Your Table fait dans le classique et n’apporte rien de novateur à la discographie du groupe. Il reste néanmoins un morceau efficace, coloré et rythmé, porté par le jeu de The Edge et des paroles engagées contre la « pauvrète ». Le titre est l’une des réussites d’How To Dismantle An Atomic Bomb, même si le groupe ne la défendra malheureusement pas en live.

85

Walk On

All That You Can't Leave Behind

Walk On est certainement la composition la plus soignée d’All That You Can’t Leave Behind. Brillante, efficace et positive, elle joue un rôle central sur l’album et lui donne même son nom. Placée en dernière position des setlists lors de l’Elevation Tour, la chanson fut également l’un des points culminants des concerts et un fabuleux titre de clôture.

Pourtant, quelque chose a foiré avec ce morceau et on ne saurait exactement dire quoi. Pourquoi l’avoir saccagé avec une version single dans laquelle Bono n’a plus de voix ? Pourquoi avoir tourné ce clip vidéo insipide au Brésil ? Pourquoi avoir travesti le titre avec les pompiers du 11 septembre sur scène ? Pourquoi enfin en avoir fait une farce ennuyeuse et sans âme lors du 360° Tour ?

Même Aung San Suu Kyi finira par souiller ce bel hommage et contribuera à son désenchantement. Walk On reste au final un très bon titre, certes, mais pas le chef d’œuvre qu’il aurait pu être.

84

Slow Dancing

Zooropa (bonus & faces B)

Slow Dancing a la particularité d’être sortie deux fois en face B, dans deux versions différentes, d’abord sur le single de Stay (Faraway, So Close!) en 1993 puis sur celui d’If God Will Send His Angels en 1997. On lui préfèrera cette dernière version, groupe complet, et interprétée par Willie Nelson pour qui le titre avait originellement été écrit. Une belle face B.

83

Lemon

Zooropa

Lemon est l’un des titres les plus étranges de la discographie de U2. On aime ses sonorités futuristes et son rythme rapide, porté par une ligne de basse aussi légère que colorée. Mais c’est bien sûr la performance de Bono qui nous transporte; le chanteur excelle dans ce qui restera son chant le plus aiguë de sa carrière. Débarqué tardivement dans les setlists lors du leg océanien du Zoo TV Tour, le titre ne sera joué qu’une douzaine de fois en public. Assez néanmoins pour nous enchanter à jamais de son atmosphère unique sur la vidéo du concert de Sydney.

82

This Is Where You Can Reach Me Now

Songs of Innocence

Sans révolutionner le genre, U2 nous gratifie avec This Is Where You Can Reach Me Now de l’un des morceaux les plus aboutis de sa fin de carrière. Un titre efficace, bien construit, bien produit et surtout bien écrit, plein de maturité. On regrette une seule chose : que le groupe ne l’ait jamais défendu en live.

81

Miss Sarajevo

Miss Sarajevo est l’un des rares morceaux de l’expérience Passengers à valoir le détour. Le duo avec Pavarotti fonctionne très bien et en fait un titre unique dans la carrière du groupe. Le morceau, au sujet poignant, se taillera une belle place dans les concerts du groupe à partir du Vertigo Tour, où Bono interprètera superbement la partie du ténor italien, et jusqu’à la récente tournée hommage à Joshua Tree.

Rendez-vous le 14 décembre pour la suite de notre classement!