All I Want Is You

, par bert Un commentaire Collection

Notre nouvelle série, intitulée Collection, revient sur les plus grands titres de la carrière de U2. Un regard dans le rétroviseur sur leur origine, la manière dont ils ont influencé l'histoire du groupe et leur vie sur scène.

Ultime piste et dernier single de Rattle And Hum, All I Want Is You clôture une décennie qui a vu U2 accéder à la renommée et au succès commercial. Méconnu du grand public mais trop éprouvé pour les fans, ce titre cristallise quelques paradoxes. Et aussi beaucoup de charme.

C’est en pleine effervescence que U2 enregistre les inédits de Rattle And Hum. Le Joshua Tree Tour à peine terminé, les Irlandais ont accédé à un nouveau statut et se sont mis en tête d’explorer les racines de la musique américaine, le blues, la folk, et les cuivres. Mais à l’heure de conclure l’album, c’est une ballade aux sonorités très européennes qui sera choisie. A l’origine il y a une mélodie de guitare, semblant tout droit sortie d’Unforgettable Fire, dégotée dans l’hiver 88 par The Edge dans le Connemara, bien loin de la côte californienne où U2 passait le plus clair de son temps à l’époque. Le groupe va creuser l’idée et appeler Van Dyke Parks, connu pour ses collaborations avec les Pet Shop Boys, à la rescousse. Ce dernier va donner à All I Want Is You toutes ses spécificités en la dotant d’arrangements aux violons et d’un somptueux final instrumental, inédit pour U2. A tel point que le titre détonne au sein de l’album mais aussi dans l’ensemble du catalogue du groupe, généralement peu tourné vers les cordes ou en tous cas pas comme instruments de premier plan. Son final unique fera de ce morceau et de ses six minutes et trente secondes le titre le plus long de l’album et, à l’époque, le plus long de la discographie des irlandais.

All I Want Is You est une ballade magnifique et restera vraisemblablement le plus beau titre de Rattle And Hum. C’est une chanson d’amour sans ambivalence comme le groupe en a rarement produit, célébrant l’engagement par une dualité entre le sentiment amoureux et les artifices matériels. Lorsque Bono en boucle les paroles il ne sait sans doute pas que deux ans plus tard il sera vêtu de cuir et de grosses lunettes noires en train de singer une mouche. Pourtant ce morceau porte en lui les ingrédients qui conduiront le chanteur de U2 à faire sa révolution intellectuelle. C’est l’anti The Fly par excellence, une chanson brute, directe, bourrée de bonnes intentions, transpirant l’honnêteté et la naïveté. Bien malgré lui, le groupe ne pouvait pas choisir morceau plus symbolique pour conclure Rattle And Hum.

Sorti en single dans une version raccourcie en juin 1989, All I Want Is You passe relativement inaperçu à l’échelle des tubes planétaires du groupe et son succès commercial fut mitigé. Un clip est tourné pour l’occasion, lui aussi unique par son approche très cinématographique, le groupe n’apparaissant que quelques secondes sous forme de clin d’oeil. Confié à Meiert Avis (sa dernière collaboration avec le groupe), il est tourné à Ostie, en Italie, et met en scène – dans un cirque – l’amour frustré et morbide d’un nain pour une trapéziste.

Alors que Rattle And Hum a progressivement été renié par le groupe, All I Want Is You a lui plutôt bien résisté au temps et est régulièrement présent dans les setlists. Mais sans jamais s’imposer comme un titre majeur ni même récurrent. Depuis 1989, il a été joué environ 200 fois pour 650 concerts, soit moins d’une fois sur trois. Très sollicité lors du Lovetown Tour et aux premiers postes en début de concert, miraculeusement ressorti des cartons lors du Popmart Tour et brillamment associé à I Still Haven’t Found What I’m Looking For, il s’est le reste du temps cantonné au rang de second couteau, apparaissant principalement en alternance (notamment avec Bad) lorsque le groupe doit faire tourner sa setlist. Ce rôle ingrat lui convient plutôt bien. Si le titre est une franche réussite en version studio, son efficacité est plus discutable en concert. Débarrassé de ses arrangements au violon, le morceau paraît plus fade et n’a guère que les envolées lyriques de Bono, souvent repris en choeur par la foule, pour briller. Contrairement à certains titres que le groupe a su renouveler avec le temps en live, All I Want Is You n’a pas connu de second souffle, hormis quelques versions acoustiques peu convaincantes lors du Zoo TV Tour.

Au crépuscule de la carrière de U2, All I Want Is You restera un titre un peu paradoxal : une chanson certes brillante, et unanimement appréciée, mais qui ne deviendra jamais une des pièces maitresses de leur discographie, éclipsée par d’autres morceaux qui se sont vus transcendés par le live.

Il est peu probable que le titre s’installe durablement dans une setlist à l’avenir. La tentation doit exister tant les bonnes chansons faciles à jouer et peu connues du grand public sont rares dans le catalogue du groupe. Mais son potentiel en concert est plutôt limité et les fans ont déjà le sentiment de l’avoir trop entendu. Bref, All I Want Is You a tout de la mauvaise idée. Pourtant sa survie semble assurée. A une période de sa carrière où le groupe devrait peu à peu privilégier les résidences aux tournées itinérantes, c’est le titre par excellence à sortir lors de la troisième ou quatrième date dans une ville, histoire de varier une setlist un peu figée à moindre coût et sans grande prise de risque. Des arguments auxquels U2 sera forcément sensible.

Discussions

Un commentaire a été publié pour cet article.

totobono

All i want si you suivi de where the streets have no name à slane castle.
immense moment live à ne pas oublier.
Très beau titre en effet

Répondre

Ajouter une réaction

Gagnez du temps en vous connectant à votre compte Sucking Rock And Roll.
Ceci vous permettra de ne pas saisir vos nom, adresse e-mail et site internet à chaque commentaire.
Vous pouvez également créer un compte si vous n'en possédez pas.
Se connecter Créer un compte