U2, un retour retentissant et raté

, par Cyril 27 commentaires

Après cinq années d’attente, tout est allé très vite. La sortie d’un album d’abord, attendu certes de longue date, puis la mise en vente d’une édition physique accompagnée de la traditionnelle tournée de promotion et enfin l’annonce de la prochaine tournée. Une séquence marquante, mais pas aussi triomphale que prévue.

Le 9 septembre dernier, le monde entier, en fait réduit à ceux qui s’intéressent à U2 plus quelques chroniqueurs musicaux, sait que le groupe irlandais doit profiter de la sortie du nouvel iPhone pour annoncer son retour. A Cupertino, la surprise est néanmoins totale. Non seulement, les quatre musiciens viennent interpréter leur nouveau single, The Miracle (of Joey Ramone), mais en plus ils révèlent le nom du nouvel opus, Songs Of Innocence, qui sera disponible… immédiatement ! Miracle (encore !) de la technologie et puissance d’Apple aidant, les onze titres sont mis à disposition des clients iTunes, qu’ils le veuillent ou non.

Bonne intention, mauvaise exécution

L’intention est louable et le coup médiatique remarquable. Sauf que le monde, en fait réduit à ceux ayant un compte Twitter ou Facebook, n’est plus une vaste clientèle docile à qui l’on peut imposer une idée apparemment maline. Apple ne dit rien, mais réagit et offre une solution technique pour permettre à ceux qui le désirent de supprimer l’album de leur bibliothèque. Quant à U2, ils doivent enchaîner les interviews pour dire que la partie technique les a un peu dépassé, qu’ils voyaient les choses moins intrusives, mais qu’ils assument. Ah oui, et qu’ils sont désolés aussi. Un message flou qui tourne en boucle. D’autant que les Irlandais ont donné le bâton pour se faire battre. Leurs pairs étant toujours ravis de leur tomber dessus, ils ne se privent pas d’une telle occasion. En cause : avoir donné gratuitement leur album. A l’heure où l’industrie se bat pour trouver de nouveaux modèles économiques, le pari de U2, «dévalue la création». Et c’est vrai que ce coup marketing se révèlerait presque égoïste, tant il n’est applicable à aucun autre artiste Et les voilà, à nouveau, obligés de s’expliquer : «Notre musique n’est pas gratuite, Apple nous a payé pour faire un cadeau à ceux qui, justement, achètent de la musique». «Apple nous a payé»… La formule, factuelle, est au minimum maladroite pour des artistes. Si personne n’est dupe sur l’univers du show-business, l’exprimer de la sorte crée un malaise.

Et la musique dans tout ça ? Elle a du mal à se frayer un chemin. Pourtant Songs of Innocence est bon, très bon même. U2 le vend comme son album le plus personnel et c’est vrai. Les paroles sont justes, les mélodies efficaces et la production d’excellente facture. Seulement, pour la deuxième fois d’affilée, U2 se trompe de premier single. Après avoir choisi le très invendable Get On Your Boots en 2009, voilà que The Miracle, pourtant taillé pour le job, est laissé dans un placard à balais. Et là, il s’agit bien de la responsabilité du groupe, incapable d’être cohérent. En choisissant de ne jamais apparaître dans les médias après la sortie de l’album version iTunes, U2 laisse son morceau tomber dans l’oubli. Il sera peu joué sur les antennes et les grands discours de Bono sur sa volonté d’avoir un numéro 1 paraissent soudainement bien ridicules. Dans son équation, le chanteur semble avoir oublié que Rihanna, toute sexy et formatée soit-elle, est en tête des ventes parce qu’elle parcourt inlassablement les plateaux de télévision pour promouvoir sa musique. Et qu’elle le fait en s’assumant, pas en s’excusant. U2 paraît avoir un peu trop compté sur les retombées de son apparition chez Apple et la série de publicités du fabricant pour «vendre» son titre. Mauvais calcul.

Un retour mou du genou

Ainsi, un mois tard, lorsqu’ils refont surface en Europe, c’est avec Every Breaking Wave sous le bras qu’ils viennent vendre leur album. Voilà Joey Ramone enterré une seconde fois. Si la version acoustique du morceau, entendue à Glasgow et Berlin, est un must, ce n’est pas sur ce registre que U2 est attendu. Certainement pas après 5 ans d’absence ! Là où All That You Can’t Leave Behind et How To Dismantle An Atomic Bomb avaient trouvé leur public grâce à deux singles rock imparables, leurs deux successeurs auront été handicapés par les mauvais choix de leurs auteurs.

En 2000 et 2005, U2 était de retour et ça s’entendait ! En 2009 et 2014, ils le sont mais sans convaincre au-delà du public a priori acquis. Pour un groupe qui a toujours réussi à rajeunir son public, le problème est évident. No Line On The Horizon aura d’abord été mal accueilli à cause de rumeurs le présentant comme un album «exotique», avant d’être achevé par un single raté. Quant à Songs Of Innocence, il aura pâti de la contradiction originelle entre un retentissement médiatique sans précédent et un groupe contraint de s’en faire pardonner. D’ailleurs le choix de le promouvoir, très en retard, avec une chanson piano/voix doit forcément être analysé à l’aune de l’impact lors de son lancement. Pour redevenir humain, U2 devait disparaître au profit de la musique. Une nouvelle erreur, bientôt suivie d’un accident.

La tournée vendue du fond du lit

Tout était prêt pour annoncer et vendre le Innocence + Experience Tour. Une semaine de live au Tonight Show de Jimmy Fallon et une exposition maximale pour écouler du billet. Il faut croire que quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. L’histoire est connue, Bono se ramasse méchamment à vélo et fait tout capoter. La tournée, dont les dates sont éventées par les réseaux sociaux, est annoncée à la radio par The Edge, à 6h du matin, heure de Los Angeles et les billets mis en vente dès le lendemain pour les membres du fan club. 19 villes et à chaque fois des concerts vendus par pair pour jouer avec les concepts de l’innocence et de l’expérience. Les pré-ventes se déroulent sans encombre et malgré la folie de l’ouverture au grand public, tout le monde obtient à peu près ce qu’il voulait.

A tel point que de nombreuses dates américaines ne sont pas complètes. Notamment les deux concerts d’ouverture à Vancouver ou encore ceux de Los Angeles. Alors que plusieurs dates supplémentaires étaient en réserve pour palier à la très forte demande, celles-ci risquent finalement de se transformer en jours de congés forcés. Donc en perte d’argent. Si en Europe, tout va très bien, aux États-Unis, U2 semble avoir perdu de sa vista. D’autant que les Irlandais, sans doute mal conseillés, n’ont visiblement pas perçus l’importance de la crise économique et ont tiré sur la corde question tarifs. Car force est de constater que si les premiers prix se sont arrachés, ce n’est pas le cas des premières catégories. Notamment de ces packages VIP vendus à 600 dollars, encore largement disponibles. Récemment les Rolling Stones avaient été obligés de revenir en arrière sur certains prix. U2 n’en est pas là, mais l’équilibre est fragile. Le souvenir cauchemardesque de 1997 et du PopMart Tour doit servir de leçon. L’image du «plus grand groupe du monde» jouant dans des stades à moitié vide avait été catastrophique. Pas de risque ce coup-ci avec le choix des salles, mais la question d’une prolongation en stade doit être posée. A quoi bon vouloir jouer devant 70.000 personnes si l’on est plus capable de remplir plusieurs fois une salle de 20.000 ?

Décrochage générationnel

Ce raté n’est pas définitif et il ne fait aucun doute que le retour sur scène en mai permettra de combler les vides, mais U2 ferait bien de se poser des questions sur ce qui se joue actuellement. Faire un bon album ne suffit pas. Il faut aussi réussir à capter l’air du temps et à jouer des codes de l’époque.

A ce sujet, que dire de sa relation aux réseaux sociaux ? Invisibles sur ces plates-formes, les membres du groupe sont déconnectés de ce qui fait courir le monde actuel. Si personne ne demande à Larry de poser un joint à la bouche sur Instagram, une telle absence est terriblement préjudiciable, à l’heure où Facebook et Twitter sont devenus les principaux médias mondiaux. Là encore, U2 pensait peut-être que sa renommée suffirait. Ils ont eu lourdement tort et il leur faudra corriger le tir dans quelques mois. Dans un exercice où ils excellent, le live, cela sera plus simple. Mais attention, un concert ne se suffit plus à lui-même. Tous les artistes, quel que soit leur statut, mettent en image les coulisses et quelques moments choisis de leur vie, permettant à leur communauté de s’en saisir et de leur assurer une promotion directe et sans frais. Malheureusement rien n’indique aujourd’hui que les U2 aient compris cet enjeu devenu fondamental. Récemment ce sont surtout les modérateurs qui ont assuré le SAV de la billetterie et le lien avec les fans. Cela était valable à la fin des années 90, plus au XXIème siècle. Pour 2015, Bono devrait prendre une résolution. Revêtir son costume d’actionnaire de Facebook et demander à passer une journée avec son créateur. Mark Zuckerberg devrait avoir des choses à lui apprendre.

Discussions

27 commentaires ont été publiés pour cet article.

Fred

L’annulation de la promo télé US et le peu de com du groupe suite à l’accident de Bono me semble montrer que ce n’est plus leur flamme et qu’ils ne comptent plus recruter dans la nouvelle génération des ados. C’est vrai que cela a un impact sur une fosse de plus en plus grisonnante !

Répondre
fab

salut

je cite : « malgré la folie de l’ouverture au grand public, tout le monde obtient à peu près ce qu’il voulait ».

aux USA, sûrement. En Europe, va dire ça à tout ceux qui n’ont rien eu en vente générale… J’en connais. Et j’en fais partie d’ailleurs, pour la 1re fois, tout artiste confondu.

En revanche, pour aller dans ton sens, c’est vrai que 4 Bercy, c’est un SDF, contre trois en 2009-2010. Resterait-il des places pour des Bercy 11 et 12 ? C’est certain.

Répondre
sofi

Décrochage générationnel …
Quand on voit ce qu’ils ont vendu comme places et souvent à quel prix (passage par l’abonnement au fan club compris pour nombre d’entre nous ) je ne m’inquiète pas trop. Faites chauffer les calculatrices, la recette est belle et bien là. Quant aux réseaux sociaux pour quoi faire ? Souvenez-vous des échanges qui ont eu lieu sur ce site quant au : « j’aurai ou j’aurai pas mes places de concert ! « . A ce moment-là le questionnement sur votre site ne portait pas sur la promotion via les réseaux et pourtant c’était déjà le moment de l’évoque, isn’t it ?
Celles et ceux qui veulent écouter en live U2 savent comment faire. Me concernant, merci à ce groupe de nous faire grâce des réseaux sociaux, j’y retrouve ainsi le parfum de leurs textes. pour conclure, si je veux lire un bon bouquin, j’attends pas une pseudo émission littéraire (parce que les vraies y’en a plus), je me rends en librairie.

Répondre
guffanti

Excusez faute de frappe: je reprend: Attendez vous a ne pas voir U2 au grand complet et certainement de ne pas les voir jouer aux grammy!

Répondre
jerem

faute de frappe ou faute de français ?

Répondre
guffanti

Bono vient de donner de ses nouvelles: il dit qu’il ne pourrait peut etre plus jamais jouer de la guitare. Sont accident et plus grave que prévu. il a des idées extraordinaire concernant la tournée. Il ne donnera plus de ses nouvelles et ne fera plus d’apparition public avant le 14 mai date du début de la tournée; Il va tout faire pour etre prét physiquement. Et voila! Si Bono ne peut plus jouer de la guitare quand The Fly ou One par exemple sera jouer ben…il pourra vraiment faire semblant de gratter cette fois:) Attendez vous aux grammy de voir le groupe pas au complet et certainement de pa

Répondre
Joshua

Je viens de voir que U2 semblait confirmé pour la fin 2015 à Dublin. Les préventes commencent mercredi apparemment. J’ai vu U2 plusieurs fois en France mais jamais à l’étranger, et cette fois j’aimerais réaliser un rêve et les voir à Dublin. Par contre je ne suis pas abonnés à U2.com. Quelqu’un pourrait-il m’éclairer sur la manière d’avoir des places depuis la France ? On est obligé de passer internet ? Parce je ne compte pas trop sur internet pour avoir des place, vu la saturation…
Merci !

Répondre
cahuete

En fait U2 c est comme sarkozy beaucoup de bruit pour le retour mais rate.

qu on n aime ou pas l album on pourra toujours critiquer la promo mais pour moi l element majeur c est bien le decrochage generationnel ( sans parler des reseaux sociaux ), ca fait mal au coeur mais u2 est devenu un groupe has been.

En esperant tout de meme le chant du cygne avec song of experience.

Répondre
unforgettableu2

les deux sont liés
etre has been pour les ados qui se gavent de rihanna ou de beyonce c’est plutôt bon signe
par contre leur megalomanie a vouloir toujours plus caricature leur image aupres d’un public plus jeune qui pourrait les decouvrir
la pertinence dont parle bono serait un vrai retour a la simplicite
il y a une trop grande disproportion entre l’authenticite de leur musique et le barnum qu’ils organisent pour la promotion et la tournée

Répondre
SpaceCowBoy

Je vous trouve un peu excessif.. Il faut pas oublier qu’une partie de la critique musicale a très bien accueilli l’album (Rolling Stone Magazine, Q Magazine, MOJO etc..) et même en France, après la polémique, j’ai pu lire dans Le Monde ou Le Parisien que l’album présentait quand même quelques unes des meilleurs mélodies du groupe depuis très longtemps..
Après je suis d’accord avec vous pour dire que le groupe a eu tort de ne pas défendre The Miralce, de pas avoir osé complètement assumer leur démarche (d’ailleurs Bono a déclaré Mojo qu’il comptait faire une excuse pour s’être excusé..).
Tout ça donne l’impression d’avoir été très précipité, mal préparé et que le groupe n’a pas eu le temps de prévoir une stratégie marketting ou de réfléchir à un premier single digne de ce nom. Ils ont eu tort de s’imposer dans les bibliothèques iCloud des gens, ils auraient mieux fait de passer un deal avec Apple pour mettre l’album gratuitement sur iTunes et être rémunéré en fonction du nombre de téléchargement. Quant au single, je ne comprends toujours pas pourquoi ils n’ont pas choisi Volcano ! Tout y est : une chanson courte, parfaite pour la radio, au refrain entêtant, au rythme entraînant, qui capture l’essence de l’album selon moi, et qui aurait été l’occasion d’électrifier les plateaux télé.. Quant à Every Breaking Wave, c’est un très bon single mais la version album aurait mérité d’être défendue également.. Et en raison de l’accident de Bono on aura pas de clip avant la Saint Glinglin..
Tout ça pour dire que l’album est très bon, qu’il aurait pu bénéficier d’une bonne réception auprès du public et des critiques s’il n’avait pas été imposé dans les bibliothèques iCloud des gens et s’il avait bénéficié d’une campagne de promotion un peu plus traditionnelle et d’un premier single mieux choisi et d’un clip moins ringard au passage. Je pense qu’avec l’accident de Bono, ils peuvent abandonner la promo de Songs of Innocence et se contenter de le défendre en concert auprès des fans et ils devraient se concentrer sur Songs of Experience pour ne pas répéter les mêmes erreurs.
P.S : vous avez également raison en ce qui concerne l’absence du groupe sur les réseaux sociaux..

Répondre
yeah

Tardivement, mais c’est l’intention qui compte, je suis d’accord avec toi, promo foirée, mauvais choix de single, mauvais clip…. Ce qui est ennuyeux c’est que c’est une redite de 2009 (un bémol pour la promo de 2009, un petit seulement).

Répondre
SpaceCowBoy

Ce qui est encore plus ennuyeux c’est que dans les deux cas, les albums sont très bons, bien meilleurs que ATYCLB et HTDAAB à mon goût.. Et en ce qui concerne Songs Of Innocence, les chansons sont plus faciles à « aborder », elles ont de bons refrains etc.. Donc potentiellement pas mal de bons singles et ils arrivent à tout foirer.
Cela dit, le mot de Bono adressé aux fans pour le nouvel an sur le site officiel est assez sympathique (un début de communication moderne ?).

Répondre
Lolo

Bonjour à tous

Pour bénéficier des pré-ventes, je me suis récemment abonné au site u2.com.
Je voulais savoir dans combien j’allais recevoir le livre « North side story » en cadeau ? Merci d’avance

Répondre
Lolo

Re

Avec tous les mots, c’est mieux…

Pour bénéficier des pré-ventes, je me suis récemment abonné au site u2.com.
Je voulais savoir dans combien de temps j’allais recevoir le livre « North side story » en cadeau ? Merci d’avance

Répondre
bert

De mémoire il faut bien compter 1 mois à compter de l’inscription. En plus, il est probable que les pré-ventes aient généré beaucoup plus d’inscriptions que la normale, donc à ta place je ne serais pas trop pressé ;)

Répondre
lolo

Merci Bert

Répondre
guffanti

30 millions de personnes on télécharger l’album. La pub U2 l’a eu, du groupe on a parlé en bien et en mal, de ce coté la l’opération été réussi. Mais la ou ils se sont planté c’est cette promo acoustique a la con au lieu de défendre le single choisi (a tord ou a raison) « The miracle ». Ensuite U2 aprés 35 ans d’existence ne sait toujours pas faire un clip digne de ce nom. Encore une chose qui plombe la promo de l’album. Alors l’accident de Bono a totalement entérré le reste de la promo qui été trés mal engagé. Un mal pour un bien pense certain, l’avenir nous le dira.

Répondre
Pascal

L’opération Itunes si controversé, a eux ses détracteurs (actifs avec ses réseaux Internet le plus souvent en mode défoulatoir négatif donc en trompe l’oeil et comme d’hab) mais aussi ses promoteurs. Esquive ou pas, U2 a réussi à refaire parler de lui et se remettre au centre du jeu de manière assez intelligente dans un contexte de crise.

Comme Cyril le fait judicieusement remarquer et sans doute conséquence d’une décision plus soudaine qu’il n’y parait, la stratégie promotionnelle avec un discours adapté et assumé n’a pas suivi… Pourquoi? La presse en général à joué le jeu avec multiples couv’, le single était suffisamment efficace sans être génial, la fanbase déterminée, et Apple a rempli son contrat à la lettre.

Alors? Non, seul le groupe est responsable du trou d’air qui a suivi. Et cela bien avant les incidents/accidents involontaires qui n’ont fait que valider de manière prémonitoire, l’absence de lucidité et peut être de motivation nouvelle du groupe.

Après 5 ans de diète médiatique autour d’un nouvel album puis lancement de tournée, ils ne nous avaient pas habitué à ça.
Oui Bertrand, avec les mois de « convalescence » peut être salvateur qui arrivent, ils leur reste à arbitrer et peut être se recentrer sur ce qui a fait justement leur justesse durant leur années d’innocence.

Répondre
bert

U2 s’est tiré une balle dans le pied avec cette histoire d’album distribué gratuitement dans iCloud. Mais ce n’est qu’un leurre puisqu’au fond l’album n’aurait sans doute jamais fait parler de lui sans ça.

Ce deal avec Apple ressemble plutôt avec le recul à une dernière tentative désespérée. Bono nous tannait depuis 3 ans avec ses envies de single radio qui devait tout démonter façon Vertigo, ils se sont probablement pris leur incapacité à le faire en pleine gueule.

Indépendamment de la qualité du produit (qui est cette fois très bon, en tous cas pour nous), c’est la seconde fois de suite que le groupe sort un album sans réussir à faire le raz de marée (commercial ou populaire) souhaité. On n’est plus dans l’exception ou dans l’anomalie, mais bien dans un fait établi : c’est terminé pour eux, ils ne seront plus jamais à la mode et ne renouvèleront plus leur fans. Ils entament le dernier virage de leur carrière, celui où ils doivent vivre sur leurs acquis et ne compter que sur leur propre plaisir. Il faut qu’ils l’acceptent et l’assument. C’est probablement le moment de s’ouvrir un peu plus aux fans et d’oublier le grand public des stades aux quatre coins du monde.

L’accident de Bono a mis un terme à une promo perdue d’avance. Il est salvateur, j’espère qu’il ne leur empêchera pas d’ouvrir les yeux. Faire les photos promo de la tournée dans un lit quelques jours avant était plus que prémonitoire.

Par contre je ne partage pas ton avis Cyril sur les réseaux sociaux. On s’en fout que U2 soit présent sur Facebook ou Twitter, ils n’ont plus besoin de faire du buzz ou de recruter de l’analphabète de 15 ans. Puisqu’on pense justement que l’heure est venue qu’ils se recentrent sur leur base de fans, c’est pas sur des médias sociaux généralistes qu’il faut le faire. A la limite, qu’ils s’engagent à fond sur U2.com, c’est là qu’ils ont leurs fans.

Répondre
Cyril

Tu caricatures, il n’y a pas que des analphabètes sur les réseaux sociaux. Twitter ou Facebook permettent de faire vivre un nom, une marque, une communauté. Même si U2 se contentait de sa base de fans (ce dont je doute fortement), elle aussi est avide de ces petits moments « volés ». Il n’y a qu’à voir le succès des vidéos d’Adam qui ont accompagné les promos en 2005 et 2009. Mike Jagger tweete et c’est un bon moyen d’entretenir le lien. Revenir tous les 5 ans, ce n’est plus possible aujourd’hui. C’est pour cela que la stratégie de U2 sur l’année est très intéressante (nous y reviendrons bientôt), dommage qu’ils se soient plantés au moment où il ne fallait pas.

Répondre
Staff

Totalement d’accord. C’est limite inconcevable qu’ils ne communiquent pas au moins sur Twitter de temps à autre. N’importe quel autre groupe « connecté » aurait par exemple twitté des infos sur la convalescence de son leader, même si anecdotique ça permet en effet de maintenir le lien.

Répondre
Joshua

tout à fait d’accord, deux albums de suite sans arriver à « être à la mode » et a capter un nouvel auditoire, ça me semble foutu pour eux à l’avenir, d’autant plus que deux albums de suite pour U2 maintenant, ça veut dire 10 ans. Et si on va plus loin… ça veut dire que la fin de carrière est proche ?

Répondre
fussy

Ce qui est  »marrant » ds le livre U2 by U2 / chapitre How to dismantle/Vertigo tour…
Bono dit un truc du genre : ‘… Si on réussi à faire un autre bon disque, on va finir pas être sacrément populaire… par contre si on se plante sur 2 disques à la suite… catastrophe..’ (Dsl je ne me souviens pas exact de ses propres propos et j ai la flemme d’allé le chercher ds le placard..)
Faut attendre ‘Expérience’ ..

Répondre
Cyril

Sauf que je ne trouve vraiment pas qu’ils se soient plantés sur le disque. SOI, comme je l’écris, est un très bon album. Tout comme l’était à mon sens No Line. Ce n’est vraiment pas la qualité artistique que je déplore dans cet article, mais la manière dont ils s’adressent au public et la stratégie de promotion. Et ce ne sont pas des éléments que l’on peut balayer d’un revers de la main. Pas à notre époque, et pas en ce qui concerne U2. Ce groupe veut être entendu partout, écouté partout, par tous, et dominer les classements. C’est pour ça qu’ils bossent autant leurs albums et c’est très respectable à l’heure où ils pourraient se contenter de faire un truc médiocre et aller engranger le cash en tournée.
En revanche, si tu prétends à être le meilleur, tu dois t’en donner les moyens, et pour moi U2 s’est raté pour cette sortie. Y’a-t-il aussi un problème générationnel ? Possible…

Répondre
unforgettableu2

il ne faut pas oublier l’essentiel c’est un bel album dont la plupart des titres ont un vrai potentiel en live
c’est d’ailleurs par une tournée en salle proche de l’esprit de l’album qu’ils peuvent reprendre la main
s’ils veulent redevenir pertinent comme le dit bono ils devraient plutôt ecouter leurs potes dublinois comme gavin friday ou guggy plutôt que les grands pontes d »apple, de live nation ou les people bien pensants

Répondre
fussy

Pour le placard je parle du livre pas bono -)

Répondre
unforgettableu2

the last of the rock stars when hip hop drove the big cars !
l’ecart de generation est devenu evident
qui est u2 a t on entendu en septembre
Facebook était effectivement le media le plus actuel pour attirer un nouveau public et le plus proche et vivant pour défendre un album qui se voulait un retour aux sources
c’est le propre de groupe comme apple de confondre intrusion et proximité

Répondre

Ajouter une réaction

Gagnez du temps en vous connectant à votre compte Sucking Rock And Roll.
Ceci vous permettra de ne pas saisir vos nom, adresse e-mail et site internet à chaque commentaire.
Vous pouvez également créer un compte si vous n'en possédez pas.
Se connecter Créer un compte