Vertigo

, par Cyril 4 commentaires Collection

Notre nouvelle série, intitulée Collection, revient sur les plus grands titres de la carrière de U2. Un regard dans le rétroviseur sur leur origine, la manière dont ils ont influencé l'histoire du groupe et leur vie sur scène.

Lorsque quelques longs mois avant la sortie de ce qui deviendra How To Dismantle An Atomic Bomb, Bono commence à jouer sa partition habituelle de «l’album rock que U2 espérait faire un jour», les sourires ne manquent pas. Le chanteur évoque à cette époque l’influence des Black Rebel Motorcycle Club et dit que The Edge vient de créer «la mère de tous les morceaux rock du monde». Là encore, le propos provoque quelques ricanements. Et pourtant.

Un soir d’automne 2004, une radio polonaise (TBC) grille la politesse au reste du monde et diffuse le tout nouveau single de U2. La claque est magistrale. Tout est là, un morceau percutant, brut, sauvage. Un fuckin’ morceau de rock’n roll comme ce groupe n’en a jamais fait. Même les paroles sont inhabituellement creuses, comme si le groupe avait accepté de totalement se dépouiller pour ne laisser parler que le son d’un guitariste déchaîné. Car pour une fois, Bono disait vrai, The Edge avait bien en lui un riff jamais entendu chez lui. Tous les espoirs étaient dorénavant permis pour enfin entendre cet album que U2 n’avait de cesse de promettre. La suite est connue… Quelques mois plus tard, le chanteur s’en expliquera très simplement lors d’une courte vidéo diffusée avant une prestation aux Grammy Awards de 2006 : «U2 n’est pas vraiment un groupe de rock, c’est plutôt un groupe de folk, le plus bruyant des groupes de folk. Mais de temps en temps, surgit un morceau comme Vertigo, qui vous donne envie de brûler votre maison». Tout est dit. Vertigo n’est pas U2, ne caractérisera jamais vraiment U2, mais sera certainement un des plus grands aboutissements d’un groupe dont les racines punk n’avaient jamais à ce point rejailli sur une chanson.

Au point que les performances live deviennent jubilatoires. Pour son retour sur scène, le 15 octobre 2004 dans les rues de Londres, pour l’émission Top of the Pop, U2 sent qu’il tient quelque chose d’unique, qui lui permettra d’embarquer des foules entières. Après Beautiful Day, quatre ans plus tôt, les voilà à nouveau capable de créer un nouveau titre marquant. A cet instant de leur carrière, c’est inespéré et la preuve qu’ils sont toujours dans le coup. Vertigo sera par ailleurs un produit d’appel formidable pour How To Dismantle An Atomic Bomb, vendu comme un album rock à un public américain totalement sous le charme de l’électricité et du dynamisme qui entourent le groupe. Ce que viendront confirmer leurs apparitions lors de nombreuses émissions de télévisions et le lancement du Vertigo Tour. U2, sans doute porté par la force de son premier single, décide pour la première partie de sa tournée de rejouer quelques vieilleries au bon goût de rock, s’adjugeant ainsi les bonnes grâces d’un public amateur de rassemblements musclés. L’accouplement, lors du leg nord-américain, Vertigo/Stories For Boys, fera merveille.

Ainsi, non seulement Vertigo ne quittera jamais une setlist de U2, mais mieux, il sera même joué deux fois lors du leg européen, puis lors de quelques dates suivantes de la tournée. A ce jour, Vertigo aura été interprété 312 fois lors de 270 concerts, un phénomène sans précédent dans la carrière du groupe. Et l’histoire d’amour n’est sans doute pas prête de s’achever, tant la chanson, dans la lignée de Where The Streets Have No Name, Sunday Bloody Sunday et Beautiful Day, peut permettre à U2 de trouver du souffle un soir où il se sent moins en forme. Son petit lifting du 360° Tour lui aura même donné encore davantage d’allure, U2 le faisant précéder d’une alarme assourdissante et accélérant son tempo pour ouvrir vers la furie I’ll Go Crazy If I Don’t Go Crazy Tonight.

L’histoire de ce ce morceau aurait pourtant pu être toute autre. Car Vertigo n’a pas toujours été Vertigo. Son premier nom était Native Son et ses paroles avaient un sens. Elles évoquaient le cas de Leonard Peltier, un indien américain, inculpé de meurtre et toujours enfermé aux Etats-Unis, malgré les doutes qui entourent sa réelle culpabilié. Après de longs mois d’hésitations, le morceau a finalement été revu, sous la houlette de Steve Lillywhite, pour devenir un pur morceau de rock and roll, sans autre prétention que de soulever les foules. Native Son, finalement révélé au public grâce à la publication d’une anthologie iTunes, a ses admirateurs qui le préfèrent à Vertigo, mais c’est oublier que la controverse n’a plus droit de citer dans la carrière d’un groupe superstar. Ce morceau n’aurait d’ailleurs jamais pu permettre le premier partenariat U2 / Apple. En 2004, le groupe s’associe à la firme de Steve Jobs pour la publicité de son iPod. Une première du genre. Vertigo devient ainsi un tube planétaire grâce à ce petit appareil en passe de changer le mode de consommation de la musique. Apple poussera même l’association avec U2 jusqu’à sortir une édition spéciale de son iPod, signée par les membres du groupe. Un coup de maître qui allait faire entrer Vertigo dans la catégorie des éternels.

Discussions

4 commentaires ont été publiés pour cet article.

vincent@75

Frappée du sceau de l’évidence, de la simplicité, et du plaisir de jouer dans un groupe de rock, cette chanson devrait logiquement trouver sa place dans la set list de la prochaine tournée, tant elle symbolise l’innocence dans ses intentions et l’expérience dans sa concrétisation.

La recherche de cet équilibre précaire est le fil conducteur du groupe, ce qui le fait avancer. Malheureusement, cet état de grâce est de plus en plus rare aujourd’hui.

Vertigo, c’est aussi une anomalie. C’est en effet un des rares titres de U2 a être aussi peu représentatif de l’album qu’il annonce, HTDAAB, cette guimauve boursouflée et surproduite.

Répondre
bert

Déjà 10 ans mine de rien. Vertigo est un titre d’une puissance rarement atteinte dans l’histoire de U2. La puissance d’un titre rock, une mélodie accrocheuse, des sonorités évoquant la jeunesse du groupe, le tout formaté pour cartonner en radio, et propulsé par une pub pour un produit tendance. Le mélange a rarement été aussi parfait. En toute logique, c’est devenu un sommet en live. La version 2005 avec son snippet de Stories For Boys et son double final – et ses lumières qui tournent autour de la scène – était brillante. Un énorme tube mais qui restera vraisemblablement le dernier dans leur carrière, dommage on demanderait bien un peu de rabe.

Répondre
bouba

Un des plus grand moment live du groupe. Le cru 360 était bien pensé avec les lumières aveuglante de l’introduction.
Comme tu dis bert dommage que ce soit le dernier gros titre… Boots n’arrive pas à la cheville

Répondre
Marco

Oui, riff très particulier, très rythmé et pas évident à jouer ! En live, Edge le joue en open tuning pour simplifier le doigté et utiliser un simple barré. Il y gagne en « brutalité » !

Répondre

Ajouter une réaction

Gagnez du temps en vous connectant à votre compte Sucking Rock And Roll.
Ceci vous permettra de ne pas saisir vos nom, adresse e-mail et site internet à chaque commentaire.
Vous pouvez également créer un compte si vous n'en possédez pas.
Se connecter Créer un compte