How To Dismantle An Atomic Bomb

Aucun commentaire

How To Dismantle An Atomic Bomb a plusieurs origines. Il est d’abord le successeur d’un retour aux sources entamé quatre ans plus tôt avec All That You Can’t Leave Behind. Il est ensuite le premier album écrit par Bono depuis la disparition de son père. Il est enfin le résultat de la lourde incertitude créative du groupe.

C’est Chris Thomas qui a été le premier producteur de ce nouvel album. C’était bon signe, U2 semblait décidé à sortir de sa zone de confort. Et à enfin accoucher de ce disque de rock maintes fois repoussés. A cette époque, U2 jurait les Black Rebel Motorcycle Club, The Edge détenait le « riff éternel » grâce à Vertigo, Adam Clayton imaginait «un disque de guitares»…et puis la mayonnaise n’a pas pris. Tout le monde sentait le malaise, mais la décision d’enterrer une fois pour toute ce projet a été prise par Larry et Adam. L’épisode est raconté par le bassiste dans U2 by U2 : «Ce n’est pas facile d’arrêter un album […] et de recommencer avec un nouveau producteur, mais une chose est sur, c’est exactement ce qu’il fallait faire».

Steve Lillywhite, flanqué de Jacknife Lee, vient à la rescousse de ses Irlandais paumés et relance le processus. Un an plus tard, la méthode explicative pour désarmorcer une bombe atomique arrive enfin dans les bacs. C’est Vertigo qui a la charge de vendre le bazar. Que dire à part : bravo ! Ce single n’a rien de U2, c’est un morceau de rock pur, sec, violent. Rien qui ne soit vraiment dans les gênes du groupe. C’est dire s’ils réussissent là un véritable coup de génie. Grâce à ce morceau, U2 va faire croire au monde entier, et principalement aux Etats-Unis, que le chimérique album rock est bien né. Une tournée dans les rues de New-York, perché sur la plateforme d’un camion, All Because Of You poussé à bloc, achèvera le tour de passe-passe. Un an plus tard, How To Dismantle An Atomic Bomb aura reçu 5 Grammy Awards, dont celui de l’album de l’année. C’est peu dire que le niveau de reconnaissance est un peu exagéré. Mais U2 aura su y faire. La tournée, relativement peu intéressante en Europe, trouve sa pleine mesure lors des legs américains. L’ellipse a remplacé le cœur de l’Elevation Tour, des rideaux de LED servent d’écrans géants et un drapeau célébrant l’album Boy vient souligner en gras police 36 que U2 est toujours un groupe de morts de faim. La setlist a de forts accents rock. Stories For Boy, An Cat Dubh, The Electric Co. ou Zoo Station font leur retour et Love And Peace Or Else crève l’écran. Seul problème, Bono épuise tout le monde, à commencer par son batteur, avec des discours à rallonge sur les problèmes de la dette des pays africains. Si la cause est noble, la place qu’elle prend durant les concerts devient rapidement insupportable. Que tout ou presque de ces discours aient disparu lors du U2360° Tour est un indice sur la mise au point qui a dû se faire entre les quatre.

Le Vertigo Tour est aussi un hommage à Bob Hewson, disparu durant la tournée précédente. Grâce à l’intense Sometimes You Can’t Make It On Your Own, Bono rend hommage à son père et colle les frissons aux spectateurs du monde entier. Un titre qu’il ne sera pas évident de replacer durant les prochaines tournées. Il faudra quelques années pour savoir ce qui perdurera de cet album lors des futurs concerts. Pas mauvais, ni franchement réussi, il laisse une impression mitigée. Deux morceaux ont survécu lors du 360° Tour, il n’est pas certain que How To Dismantle An Atomic Bomb mérite davantage.

A propos de cet album

Onzième album studio de U2.

Sorti le 22 novembre 2004.

Enregistré en 2003 et 2004 à Dublin (Hanover Quay studios) et à Eze sur Mer.

Produit par Steve Lillywhite.

Singles :

  • Vertigo
  • Sometimes You Can't Make It On Your Own
  • City Of Blinding Lights
  • All Because Of You
  • Original Of The Species

Tournée :

Vertigo Tour 2005/2006 (131 concerts).
Ouverture le 28 mars 2005 à San Diego (Californie, USA). Clôture le 8 décembre 2006 à Honolulu (Hawaï, USA).

Discussions

Soyez le premier à réagir à cet article!

Ajouter une réaction

Gagnez du temps en vous connectant à votre compte Sucking Rock And Roll.
Ceci vous permettra de ne pas saisir vos nom, adresse e-mail et site internet à chaque commentaire.
Vous pouvez également créer un compte si vous n'en possédez pas.
Se connecter Créer un compte