180

Xanax and Wine

The Complete U2

Xanax And Wine est la démo de Fast Cars et en partage le rythme endiablé et les couplets quasi finalisés. Le refrain en revanche est totalement différent, et sans être inintéressant sur le plan mélodique, ne colle pas du tout avec le reste du morceau. Le résultat global est déséquilibré et plombe ce morceau entrainant mais pas suffisamment efficace.

179

Wave Of Sorrow (Birdland)

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Wave Of Sorrow traite du voyage de Bono et Ali en Ethiopie au milieu des années 80 et fut composé lors des sessions d’enregistrement de Joshua Tree. Le groupe déclara s’être inspiré d’un titre de Patti Smith pour composer ce morceau, et on comprend donc mieux pourquoi ses sonorités ne collent pas du tout à l’ambiance de l’album.

178

Promenade

The Unforgettable Fire

Promenade conclut la face A de The Unforgettable Fire de manière mélodieuse et atmosphérique. C’est une jolie ballade pleine de poésie mais probablement trop courte et semblant manquer d’ambition. Meilleure que 4th Of July ou MLK dans un rôle assez semblable, elle aurait peut-être mérité mieux que cette place de transition un peu ingrate.

177

Do You Feel Loved

Pop

Do You Feel Loved est un titre particulier, construit sur une ligne de basse survitaminée et omniprésente. Bono déclara que le groupe cherchait à faire un titre « sexy » et « groovy » et y être « presque arrivé ». Tout est effectivement dans la nuance. En dehors de cette basse à vous faire vibrer tout le corps, Do You Feel Loved semble bancale, surproduite, et sans âme. Ses prestations live furent tellement peu convaincantes que le morceau dégagea des setlists du Popmart Tour après 6 concerts pour ne plus jamais remontrer le bout de son nez. Le plus mauvais titre de Pop dans notre classement.

176

When I Look At The World

All That You Can't Leave Behind

When I Look At The World forme avec Wild Honey et Peace On Earth le trio magique d’All That You Can’t Leave Behind. Les trois points faibles de l’album s’enchaînent sans pitié pour notre plus grand malheur. Avouons-le When I Look At The World est un peu moins mauvaise que les deux autres et, malgré sa surproduction manifeste, possède même un certain charme. Pas de quoi regretter cependant que le groupe n’ait jamais eu l’envie de la jouer en live. Merci à eux ou dommage, c’est selon.

175

Trash, Trampoline And The Party Girl

Sorti en face B de A Celebration en 1982, Trash Trampoline And The Party Girl a mieux survécu au temps que le single qu’il accompagnait. Rebaptisé simplement « Party Girl » avec le temps, ce titre sans grand intérêt a construit sa renommée en concert, devenant un morceau festif sorti par le groupe lors de quelques grandes occasions. Il faut dire que sa grande pauvreté en fait un titre facile à improviser et fort sécurisant pour les U2.

174

Are You Gonna Wait Forever?

How To Dismantle An Atomic Bomb (bonus & faces B)

Are You Gonna Wait Forever? n’a rien à voir avec les faces B insipides dont U2 a souvent abusé. Sorti avec le single de Vertigo, le titre en est bon compagnon, musicalement travaillé et faisant la part belle à la guitare. C’est une face B sympathique qui avait un certain potentiel mais qui finit par lasser par son manque de rythme et d’inventivité.

173

Elvis Presley And America

The Unforgettable Fire

U2 n’est pas connu pour laisser la place à l’improvisation sur ses albums, préférant au contraire peaufiner tous les détails au point de passer des mois à torturer le mix d’un morceau. Elvis Presley And America est donc un contre-exemple puisqu’il s’agit d’une improvisation vocale de Bono sur une piste ralentie issue de A Sort Of Homecoming. Le résultat accouche d’un titre atmosphérique atypique, qui aurait pu n’être qu’une démo, mais dans lequel le chanteur est au sommet de son art.

172

Red Light

War

Sur War, U2 essayait déjà de renouveler le son de ses deux premiers albums. Red Light en est une bonne expression avec ses choeurs féminins et l’apparition étonnante d’une trompette. L’ensemble donne une allure originale au morceau mais le tout manque de musicalité.

171

The Refugee

War

The Refugee est le titre le plus étrange de War. Ça part un peu dans tous les sens avec Bono qui parle plus qu’il ne chante, Larry qui maltraite sa batterie comme des boites de conserve, et The Edge qui nous sort un son de guitare qu’on retrouvera 15 ans plus tard sur Holy Joe. Un titre de l’espace, peut-être pas totalement terminé ou alors carrément en avance sur son temps. Qui sait!

170

A Day Without Me

Boy

Peu de monde se souvient que A Day Without Me est sorti comme premier single de Boy tant il est très loin d’en être le meilleur morceau. Non-pas qu’il soit particulièrement mauvais mais il n’a pas la brillance d’un titre comme I Will Follow qui lui succéda comme second single. A Day Without Me est un titre mélodieux, sans doute le plus pop de Boy, mais il n’aura marqué ni les setlists du groupe ni les mémoires des fans.

169

Some Days Are Better Than Others

Zooropa

Plus mauvais titre de Zooropa dans notre classement, Some Days Are Better Than Others est un morceau léger, sans grande prétention ni musicale ni textuelle. Le travail de production est soigné, la basse est saillante et The Edge nous gratifie d’un solo electro rafraichissant. Mais l’ensemble est plus que moyen et le titre restera le seul de Zooropa à ne jamais avoir été joué en live.

168

Salomé

Achtung Baby (bonus & faces B)

Salomé est un titre groovy, dansant, dans lequel The Edge se repose intégralement sur la rythmique dans les couplets pour mieux s’approprier le refrain avec son chant et un riff de guitare éclatant. Assurément pas la face B du siècle, mais un morceau correct qui est passé à la postérité pour avoir donné son nom aux célèbres démos volées lors de l’enregistrement d’Achtung Baby.

167

Disappearing Act

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Disappearing Act est une démo de l’époque The Unforgettable Fire que U2 retravailla brièvement en 2009 lors de la remasterisation de l’album. Le titre, qui commence étonnamment par ce qui deviendra l’intro de I Still Haven’t Found What I’m Looking For, est loin d’être inintéressant mais semble totalement décousu. La mélodie de guitare du refrain est brillante mais se retrouve noyée dans un morceau sans structure virant à la bouillie et frôlant même la sortie de route lorsque le synthé entre en scène.

166

Levitate

The Complete U2 (bonus & faces B)

Démo issue des sessions d’All That You Can’t Leave Behind, Levitate est un titre inabouti, un peu longuet et manquant de pêche. Mais il révèle tout de même une mélodie intéressante qui aurait mérité un meilleur sort, des sonorités électroniques étonnantes pour le U2 de l’époque, et quelques bribes de sons et de paroles qui finiront dans Beautiful Day.

165

13 (There Is A Light)

Songs of Experience

Dans l’absolu, et même si elle peut facilement provoquer l’ennui, 13 (There Is A Light) n’est pas une mauvaise chanson, ni une mauvaise fin d’album, ni une mauvaise fin de concert. Mais la réutilisation des textes de Song For Someone lui laissera toujours cet arrière goût de mauvaise plaisanterie. C’est le titre de Songs Of Experience le moins bien placé dans notre classement.

164

I Fall Down

October

L’air de rien et malgré sa 164ème position, I Fall Down est l’un des meilleurs titres d’October dans notre classement. Peut-être devrait-on dire l’un des moins mauvais. Il faut dire que ce titre commence plutôt bien avec une mélodie accrocheuse et des couplets séduisants, mais il se perd rapidement avec un refrain répétitif et un pont trop simpliste. Quant aux paroles, si quelqu’un à une info…

163

White As Snow

No Line On The Horizon

La sobriété de White As Snow détonne clairement dans un album, No Line On The Horizon, qui brasse assez large sur le plan artistique. C’est à la fois une qualité et un défaut. Le titre, dépouillé, traite d’un sujet lourd et est un moment d’introspection et d’intimité au milieu de morceaux plus rythmés. La production est léchée et les backing-vocals de Edge (et Lanois ?) nous chuchotent littéralement à l’oreille. Dommage néanmoins que le titre traine un peu en longueur, casse trop le rythme de l’album, et n’ait jamais été défendu en live.

162

Alex Descends Into Hell For A Bottle Of Milk / Korova 1

Achtung Baby (bonus & faces B)

Alex Descends Into Hell For A Bottle Of Milk est la seule trace qu’il nous reste de la comédie musicale d’Orange Mécanique sur laquelle Bono et The Edge ont travaillé en 1990. Ce titre instrumental froid et industriel préfigure du virage que le groupe prendra quelques mois plus tard sur Achtung Baby.

161

Native Son

The Complete U2

Avant de devenir le tube qu’on connait tous, Vertigo était un morceau musicalement brouillon mais textuellement engagé. Native Son est une démo intéressante à écouter pour comprendre le processus créatif de U2. Ici le groupe aura opéré une sorte de déconstruction en simplifiant paroles et musique pour finalement permettre l’éclosion de l’un de ses titres majeurs.

160

Summer Rain

All That You Can't Leave Behind (bonus & faces B)

Sortie en face B de Beautiful Day, Summer Rain est une face B acoustique sympathique et sans grande prétention, un titre pop jetable bien taillé pour ce rôle de face B. Sa mélodie agréable aurait même pu avoir sa place sur All That You Can’t Leave Behind entre Wild Horney et Peace On Earth.

159

Volcano

Songs of Innocence

Volcano est le titre le plus faible de Songs Of Innocence et ceci est assez évident dès la première écoute de l’album. La ligne de basse et le pont avaient pourtant un certain potentiel, mais ce refrain où Bono s’exclame « Vol-ca-no » avec une voix de fausset est probablement le plus grand moment de gêne de toute la carrière du groupe. Le groupe s’y essaiera en concert une dizaine de fois avant de laisser tomber. On comprendra 3 ans plus tard, à la sortie de Songs Of Experience, que Volcano n’était finalement qu’une demo perdue entre Glastonbury et American Soul.

158

Fire

October

Fire est sorti en tant que premier single d’October et fut le premier single de U2 à se hisser dans les charts anglais. Le titre est surtout interessant pour son riff de guitare séduisant et auquel le groupe semblait particulièrement attaché. Ce même riff était en effet déjà présent lors des sessions d’enregistrement de Boy (en témoigne le titre Saturday Night datant de l’époque) et était même déjà sorti en piste cachée de certaines versions de l’album.

157

Wire

The Unforgettable Fire

Wire est un morceau un peu bizarre et détonnant par rapport au reste de The Unforgettable Fire. La rythmique rapide et légère lui donne une couleur très funk, alors que le jeu de The Edge et le chant de Bono sont plus nerveux, bruts et déstructurés, reposant sur une grande partie d’improvisation. Un paradoxe intéressant et sans doute le morceau le plus rock de l’album.

156

You’re The Best Thing About Me

Songs of Experience

Avec le premier single de Songs Of Experience, U2 frôle la correctionnelle en nous pondant un titre synthétique, sentant la javel et le polissage à l’extrême, réussissant la prouesse d’être à la fois surproduit et mixé en dépit du bon sens. La composition en elle-même n’est pourtant pas mauvaise, la mélodie est plutôt réussie, The Edge apporte une petite contribution bienvenue, et l’ambition de faire un titre joyeux et entrainant semble tout à fait louable. Malheureusement la volonté de ne surtout prendre aucun risque et de plaire au plus grand nombre écrase tout sur son passage.

Le chef d’œuvre est parachevé en live par une version bossanova sans intérêt et chiante à mourir. Généreux, Bono et Adam iront même jusqu’à se couvrir de ridicule lors d’une prestation en playback sur le remix de Kygo aux NRJ Music Awards. Triste.

155

Soon

No Line On The Horizon (bonus & faces B)

Soon est surtout intéressante pour avoir été le titre d’introduction lors de la tournée 360° Tour, tout du moins lors des deux premiers legs avant que U2 n’abandonne lâchement No Line On The Horizon et tout ce qui s’en approchait. On garde d’ailleurs un souvenir ému de cette chaude soirée espagnole de juin 2009, du Camp Nou qui s’éteint et des premières notes de Soon qui retentissent. Le début d’une belle aventure.

154

Tomorrow

October

Tomorrow lance la seconde face de l’album October et débute par la cornemuse, sous des airs de ballade épurée qui tranche avec la première moitié de l’album. Le titre se transforme progressivement et gagne en intérêt quand Larry entre en scène et Bono se fait plus nerveux. Certainement le meilleur morceau d’October juste derrière son titre éponyme.

153

Indian Summer Sky

The Unforgettable Fire

Sur Indian Summer Sky U2 respire déjà l’Amérique et les grands espaces. Trois ans avant The Joshua Tree, ce titre est un prélude, un aperçu de ce que le groupe nous prépare, à l’image de The Edge qui y développe son style de guitare caractéristique qu’on retrouvera notamment dans Where The Streets Have No Name. C’est l’un des titres forts de The Unforgettable Fire, malheureusement oublié avec le temps.

152

Miami

Pop

Miami est un morceau alambiqué et peu convaincant dans sa version studio : étouffé au début par la boite à rythme, le titre ne décolle jamais, Bono parle plus qu’il ne chante et la guitare est sporadique et distante. En concert lors du Popmart Tour, ce fut une autre histoire et Miami y prit une dimension plus honorable, plus tranchante, en plus d’offrir un vrai jeu de scène. Avant de tomber elle aussi dans l’oubli.

151

Smile

The Complete U2

Issue des sessions de How To Dismantle An Atomic Bomb, Smile n’est qu’une démo mais semble pourtant très aboutie. Sa mélodie, sympathique, avait peut-être de quoi figurer sur un album mais n’était clairement pas dans l’esprit de ce que le groupe voulait pour Atomic Bomb.

150

The Blackout

Songs of Experience

Premier titre de Songs Of Experience dévoilé sur internet, The Blackout a également été choisi comme titre d’ouverture de la tournée qui suivit. Preuve que le groupe y attachait une importance particulière. Pourtant, difficile de voir dans ce titre autre chose qu’une tentative avortée de raviver le son d’Achtung Baby voire un sous Invisible. L’ensemble est surfait et besogneux, mais fait illusion en ouverture de concert avec la scénographie qui va bien.

149

Ordinary Love

Nelson Mandela méritait probablement mieux qu’un titre de cette banalité pour lui rendre hommage dans un biopic. Malheureusement les U2 n’étaient pas de cet avis et ont essayé de pondre le titre le plus lisse et consensuel possible, avec l’espoir secret de remporter un Oscar au passage. Mission à moitié accomplie donc.

148

The Showman (Little More Better)

Songs of Experience

Début 2017 Bono déclarait à des journalistes que son morceau favori de Songs Of Experience, alors en préparation, s’appelait The Showman. Une « lettre aux fans » ajoutera-t-il plus tard. Le genre de truc qui vous excite un public en manque. Ce morceau ne pouvait être qu’un titre rock taillé pour le live, le nouveau Vertigo, la masterpiece de l’album. Au lieu de ça, c’est la suite « un peu meilleure » de Wild Honey que nous découvrirons neuf mois plus tard. Un titre pop sirupeux sans grande ambition que le groupe ne jouera d’ailleurs jamais sur scène.

147

The Playboy Mansion

Pop

The Playboy Mansion n’a pas marqué grand monde et est totalement tombé dans l’oubli. Perdu entre Miami et If You Wear That Velvet Dress, qui ne sont déjà pas des cadors de Pop, ce titre offre bien un groove intéressant et une production soignée, mais pas de quoi relever le niveau d’une fin d’album poussive et ennuyeuse. A noter qu’en 2015, U2 aura l’idée incongrue – et vite abandonnée – de répéter ce morceau pour le jouer sur sa tournée Innocence + Experience.

146

The Hands That Built America

The Hands That Built America a été composée pour la bande annonce du film Gangs Of New-York. Et il faut bien admettre que la version orchestre – notamment l’intro – qui apparait dans le générique du fin est tout simplement splendide. Malheureusement c’est une version ennuyeuse, amputée de l’orchestre, et produite sans aucune ambition que U2 sortira dans le commerce sur le best of 1990-2000. Un choix incompréhensible.

145

Luminous Times (Hold On To Love)

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Avec Luminous Times (Hold On To Love), U2 signe un titre musicalement simple et dépouillé qui n’avait pas d’autre ambition que celle de figurer sur une face B. La prestation de Bono, qui chante avec ses tripes, y est néanmoins remarquable et envoutante. Elle donne au morceau toute sa profondeur et sa noirceur. Une belle inspiration.

144

All Because Of You

How To Dismantle An Atomic Bomb

Sorti en second single de How To Dismantle An Atomic Bomb, il ne fait aucun doute que U2 croyait à All Because Of You et lui souhaitait un meilleur destin. Certes le titre est rythmé et fait la part belle à la guitare, avec des sonorités évoquant les Who, mais il lui manque la spontanéité. Rien ne semble naturel, le groupe semble forcer son jeu du début à la fin. Joué à chaque concert du Vertigo Tour à une place ingrate durant les rappels, le titre a ensuite disparu de la circulation jusqu’à un retour improbable en 2018, sans convaincre pour autant.

143

Into The Heart

Boy

Into The Heart a un rôle un peu spécial sur Boy. Sa longue introduction s’enchaîne à An Cat Dubh et semble interminable, mais cet enchaînement est clairement l’un des charmes de cet album et on regrette que U2 n’ait pas utilisé plus souvent ce genre de technique. Finalement le duo forme quasiment un seul et même morceau et assume avec brio et efficacité un rôle de transition vers le chef d’oeuvre qu’est Out Of Control.

142

Daddy’s Gonna Pay For Your Crashed Car

Zooropa

Zooropa ne devait être qu’un maxi mais est devenu un album. Daddy’s Gonna Pay For Your Crashed Car fait sans doute partie des morceaux ajoutés à la fin pour faire du nombre. On apprécie sa spontanéité, ses sonorités d’avant-gardes à l’époque, et une mise en scène originale sur la vidéo du concert de Sydney. Mais l’intérêt de ce morceau, disparu de la circulation et de beaucoup de mémoires, s’arrête là.

141

Stateless

Stateless fait partie des deux inédits signés U2 sur la bande originale de film The Million Dollar Hotel, écrit par Bono et sorti au printemps 2000. Le morceau colle bien à l’ambiance du film mais tient plus de la face B que du hit-single. Il fut néanmoins un bon warm-up pour les fans à l’époque, quelques mois avant la sortie de All That You Can’t Leave Behind. Pour l’anecdote, Stateless fut aussi un nom de domaine particulièrement prisé par certains photographes amateurs, mais c’est une autre histoire.

140

The Ground Beneath Her Feet

La coïncidence a voulu que les deux titres écrits par U2 pour The Million Dollar Hotel se suivent dans notre classement. The Ground Beneath Her Feet est bien plus intéressant que Stateless pour son final emballant et pour son texte écrit par Salman Rushdie. Mais le reste est terriblement long et mou. Du U2 de bande originale, trop lisse, trop sage, trop consensuel, et plombé par une version live acoustique dont le seul souvenir suffit à nous emmerder.

139

Another Time, Another Place

Boy

La carrière live d’Another Time, Another Place n’a pas survécu à l’October Tour et c’est un peu dommage car ce titre aurait mérité d’être revisité ces dernières années, façon An Cat Dubh ou Electric Co. Un peu oublié à la fin de Boy, il en est pourtant une valeur sûre, un titre propre, posé, qui a plutôt bien vieilli et qui respirait étonnamment la maturité.

138

Blow Your House Down

Achtung Baby (bonus & faces B)

Blow Your House Down est sûrement, avec Oh Berlin, la meilleure des démos d’Achtung Baby a avoir vu le jour à l’occasion des 20 ans de l’album. Ce titre aurait fait une bonne face B, il contamine par son rythme entrainant et une apparente bonne humeur. Larry s’éclate aux cymbales sur chaque refrain et donne une sonorité éclatante au morceau. L’ensemble néanmoins se perd un peu à partir du solo et n’est pas du tout dans le ton de l’album, ce qui explique sans doute sa mise à l’écart.

137

Babyface

Zooropa

Babyface pâtit un peu du mix de tout l’album Zooropa qui fait la part belle aux sons électroniques et donne un aspect très artificiel à la batterie. Le titre manque clairement de profondeur et ne met pas assez en valeur l’ami Edge. Pour autant la mélodie est attachante et les deux pistes chant de Bono qui se superposent sont réussies.

136

11 O’Clock Tick Tock

11 O’Clock Tick Tock est un titre des débuts du groupe, sorti en single avant-même que l’album Boy ne soit enregistré. U2 n’avait aucun moyen et ça se sent dans la qualité faiblarde du mix, criard et pas très mélodieux. La version studio a rapidement été oubliée mais le titre a su rester dans les esprits grâce à ses performances live rares, certes, mais toujours mémorables. Mention spéciale pour la dernière en date au Roxy Theatre de Los Angeles en 2015.

135

Twilight

Boy

Il est assez intéressant de comparer le chemin parcouru entre la première version de Twilight, la face B d’Another Day sortie en février 1980, et celle sortie sur l’album Boy huit mois plus tard. Les deux versions trainent un peu en longueur mais le groupe est méconnaissable et ô combien plus aguerri sur l’album. Le titre y prend du relief, Bono chante bien mieux et Edge est beaucoup plus propre. Ce morceau, pourtant efficace, n’aura pas résisté à l’épreuve du temps et n’aura pas connu de résurrection en live contrairement à certains de ses camarades.

134

A Room At The Heartbreak Hotel

Rattle & Hum (bonus & faces B)

A Room At The Heartbreak Hotel n’est qu’une face B, sortie sur le single de Angel Of Harlem, mais elle aurait très bien pu figurer sur Rattle & Hum. Elle témoigne de la richesse musicale du U2 de l’époque, puisant dans la musique américaine et utilisant par exemple ici des choristes et des cuivres. Un titre homogène, bien produit, peut-être un peu trop sage finalement pour avoir eu une plus grande carrière.

133

Seconds

War

Seconds est loin d’être un titre majeur de War, mais c’est l’un des premiers morceaux pop du groupe, construit sur une guitare sèche et une mélodie rafraichissante. On y perçoit la volonté manifeste de proposer quelque chose de nouveau par rapport aux deux premiers albums du groupe. Mention honorable donc.

132

October

October

October est un morceau unanimement apprécié. Cette ballade dépouillée, enregistrée un jour où Larry et Adam avaient piscine, est une pépite permettant à The Edge de s’initier au piano. Un titre malheureusement trop court et sans grande profondeur, qui n’est jamais aussi bon qu’en introduction ou transition, comme lors des concerts de 2015 juste avant Bullet The Blue Sky.

131

Staring At The Sun

Pop

Sorti en second single de Pop au printemps 2017, Staring At The Sun était certainement programmé pour être le hit single de l’album. Il en fut certes la moins mauvaise performance commerciale, mais bien loin des attentes placées en lui.

Il reste un morceau révélateur du syndrome Pop, une bonne idée punchy à la mélodie sympathique, ensoleillée, dont la version studio fonctionne plutôt bien avec ses sonorités de guitare bidouillées et uniques, tellement uniques qu’elles se révéleront injouables en live. Le groupe se perdra quelques semaines à essayer d’interpréter le titre sur scène, avant de se rabattre faute de mieux sur une version acoustique bien insipide. Un beau gâchis.