Ça nous a pris à Berlin à la fin de l’été, à quelques heures de l’ouverture européenne du E+I Tour. Le Point venait de publier son classement de toutes les chansons de Michel Sardou et Cyril le parcourait avec la plus grande des ferveurs. Bon sang, mais c’était bien sûr! Quel meilleur moment que le crépuscule d’une longue et riche carrière pour s’atteler enfin à cet ultime exercice ?

Nous avons donc réécouté l’intégralité de la discographie studio des Irlandais. 229 morceaux pour être précis. Nous les avons méthodiquement et rigoureusement classés du plus mauvais au plus exceptionnel. Voici le résultat de ce travail passionnant : le classement définitif de tous les titres de U2, pour la postérité.

Nous avons retenu tous les morceaux écrits et interprétés par U2. Pour chaque morceau, il s’agissait de noter sa qualité intrinsèque, sa place dans la carrière du groupe, et sa version live (si applicable)… avec bien sûr un peu de subjectivité, parce qu’être c’est aussi avoir un parti pris. Chaque membre de l’équipe a donc fait cet exercice de son côté avant que nous ne confrontions nos notes et fassions les ultimes arbitrages. (Fermer)
229

Boomerang I

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Il en fallait un et c’est tombé sur lui. Boomerang I (car oui il y a une version II à ce chef d’oeuvre) est donc le plus mauvais morceau de la carrière de U2. Un titre sur lequel Bono n’a pas daigné apposer son chant et qui transpire la chute de studio aux manettes de Brian Eno. Boomerang I dure à peine trois minutes mais semble, comme un hommage à son nom fort à propos, tourner littéralement en boucle. A part The Edge tout le monde s’ennuie ferme.

228

Angels Too Tied To The Ground

War (bonus & faces B)

Issue initialement des sessions de War, cette démo fut dépoussiérée en 2008 lorsqu’il fallut trouver de quoi remplir un disque de bonus pour la remasterisation l’album. Le morceau – poussif – repose sur la ligne de basse d’Adam ainsi que le piano et les « oh oh oh » de The Edge. La voix de Bono, elle, date de 2008 et provoque un anachronisme un peu étrange.

227

Bottoms (Watashitachi No Ookina Yume)

The Complete U2

Sympathique pendant les premières secondes, ce remix instrumental de Zoo Station révèle assez rapidement son profond inintérêt et son caractère particulièrement répétitif. Pas assez bon sûrement pour émerger en face B d’un single d’Achtung Baby, le titre s’est finalement retrouvé quatre ans plus tard en face B du single de Miss Sarajevo et en bonus track de la version japonaise de l’album des Passengers. Quelle carrière.

226

J Swallow

October (bonus & faces B)

Personne ne sait qui est Johnny Swallow et c’est très bien comme ça. The Edge aurait révélé que ce morceau avait été une expérimentation, enregistrée à la hâte à un moment où le groupe avait absolument besoin d’une face B pour le single de Fire. La musique n’est pas terrible, les paroles non-plus, le seul intérêt du titre fut finalement de se demander à qui diable le titre du morceau faisait référence, avant de tomber dans l’oubli.

225

Endless Deep

War (bonus & faces B)

En 1983, U2 n’était pas encore assez talentueux pour se permettre de sortir des faces B de qualité. Celle de Two Hearts Beat As One s’inscrit dans cette lignée de titres instrumentaux créés parce qu’il fallait bien remplir une plage de 3 minutes. A noter tout de même qu’Adam nous gratifie de deux lignes de texte, les seules du morceau et les seules jusqu’à Your Blue Room près de quinze ans plus tard. « Where do we go from here? ». Loin.

224

4th of July

The Unforgettable Fire

4th of July, ainsi nommé en hommage à la naissance d’une des filles de The Edge, est un morceau d’ambient parti d’une inspiration de Brian Eno alors qu’Adam grattait nonchalamment sa basse à la fin d’une journée aux studios. C’est le seul titre instrumental à être sorti sur un album de U2 et c’est aussi le plus mauvais titre issu d’un album dans notre impitoyable classement. Le morceau n’a pas d’autre intérêt que la ligne de basse d’Adam et l’ambiance planante typique du duo Eno / Lanois.

223

Rise Up

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Démo de l’époque Joshua Tree, Rise Up est sortie en bonus lors de la remasterisation de l’album en 2007. Le titre est beaucoup trop répétitif pour mériter une meilleure place dans notre classement. Néanmoins il nous marque par sa joie de vivre et surtout ce son de guitare caractéristique évoquant d’ailleurs le futur riff de With Or Without You. A noter qu’un individu non identifié chante le premier couplet.

222

Race Against Time

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Sorti en face B de Where The Streets Have No Name, Race Against Time est un morceau quasi-instrumental basé essentiellement sur la mélodie de basse d’Adam. A défaut de faire une bonne face B, ce titre aurait tout à fait eu sa place dans la BO d’un petit film indépendant ou sur le fameux Original Soundtrack 1 des Passengers.

221

Yoshino Blossom

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Le problème des multiples sorties remasterisées opérées par U2 dans les années 2000 est de nous avoir gratifié de toute une ribambelle de chutes de studio, de travaux non terminés, et autres morceaux dont nous n’aurions jamais du entendre parler. Yoshino Blossom est de ceux-là. Un morceau instrumental sans intérêt faisant la part belle à The Edge (piano et guitare). A écouter une fois par curiosité, pas plus.

220

Flower Child

The Complete U2

Issu des sessions de All That You Can’t Leave Behind, Flower Child avait le potentiel assuré pour faire un titre aussi mauvais que Wild Honey. La mélodie légère est là, les paroles futiles aussi, et en plus ça parait interminable. Quant à Adam et Larry ils sont aux abonnés absents. On se demande d’ailleurs comment les U2 ont pu se priver de nous balancer ça en acoustique sur une b-stage.

219

Peace On Earth

All That You Can't Leave Behind

Dans leur délire post-Pop de retour aux bons sentiments et au succès commercial, les U2 ont dû se dire qu’un prêche pour la paix dans le monde était indispensable sur All That Can’t You Leave Behind. L’inspiration n’était malheureusement pas au rendez-vous. Ce titre décroche la palme du titre le plus mal classé de toutes les années 2000. A souligner tout de même cette version live judicieuse en introduction de Walk On lors du « America Tribute To Heroes », concert hommage suite aux attentats du 11 septembre. Comme quoi même un titre de cet acabit peut connaitre un moment de grâce.

218

Drunk Chicken / America

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Si la démarche de mettre en musique le poème « America » d’Allan Ginsberg peut sembler intéressante, on se demande bien comment elle a pu aboutir à un tel résultat. Manifestement Brian Eno s’est fait son petit kiff personnel sur un fond sonore à base de batterie électronique et de synthé. Où diable est U2 là-dedans ?

217

Saturday Night

Boy (bonus & faces B)

Sortie en 2008 dans les bonus de la version remasterisée de Boy, Saturday Night révèle que les U2 travaillaient déjà à l’époque sur Fire, single de l’album October. On y découvre une version démo, dont les paroles sont totalement inabouties mais la musique quasiment finalisée. A recommander chaleureusement aux fans de Fire donc, c’est-à-dire à pas grand monde.

216

Is That All?

October

Bono a dû trouver une certaine irrévérence à terminer un album par un titre nommé « Is That All? ». Ce titre est un vaste bordel sans véritable paroles et au riff de guitare allègrement pompé sur The Electric Co. Certainement la plus mauvaise clôture d’album de la carrière du groupe.

215

Sixty Seconds In Kingdom Come

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Qualifié par The Edge de « jam » un peu brut mais très amusant à enregistrer, Sixty Seconds in Kingdom Come est surtout un morceau instrumental très répétitif et plutôt longuet. Sorti pour meubler en face B du single de The Unforgettable Fire.

214

Near The Island

Achtung Baby (bonus & faces B)

Publiée en 2011 sur la réédition d’Achtung Baby, Near The Island est une démo instrumentale qui manque de relief mais dont la mélodie évoque curieusement Mothers of Disappeared. Le morceau fut également nommé sur certains pressages « Night Train to Rostock », en hommage à son soporifisme sans doute.

213

The Ocean

Boy

La septième piste de Boy est aussi l’un des morceaux les plus courts de la discographie des Irlandais. C’est un titre mineur, en dépit d’un sujet intéressant – le jeune Bono face à son avenir de rockstar. Il fut l’objet d’un revival aussi inattendu qu’inutile en live en 2018, mais pas de quoi le sauver des abysses. Si l’océan est vital à notre fragile planète, The Ocean – lui – ne sert franchement à rien.

212

Beautiful Ghost / Introduction To Songs Of Experience

The Complete U2

Ce morceau, atypique dans la carrière du groupe, repose sur une instrumentale planante sur laquelle Bono vient placer une voix écorchée récitant un poème de William Blake. Le titre est sorti en tant que démo de The Joshua Tree au sein de la collection The Complete U2 en 2004. Il semble que la voix de Bono ait été enregistrée à cette occasion. A noter que plus de vingt ans plus tard, le groupe réutilisera la même référence à Blake pour construire son concept d’Innocence et d’Experience. Pas de quoi faire de ce titre un incontournable pour autant.

211

Boomerang II

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Prenez Boomerang I, illustre bon dernier de notre classement, secouez un peu, ajoutez-y une bonne minute trente et un semblant de paroles répétées quasiment en boucle. Le titre gagne la bagatelle de 20 places. Mais pas de quoi non-plus en faire « une grande face B » comme The Edge – bien indulgent sur son propre travail – en semble pourtant convaincu.

210

Another Day

Boy

Techniquement Another Day est le premier single des U2, il faudrait le signaler à Bono qui semble penser qu’il s’agit d’I Will Follow depuis quarante ans. Enregistré en décembre 1979, le titre sort en single en février 1980 et succède à l’EP « Three ». S’il pose les bases de futur U2, l’ensemble reste encore très approximatif. La guitare de The Edge manque d’éclat et Bono meuble (déjà) avec des « oh-oh-oh ».

209

Speed Of Life

Boy (bonus & faces B)

Speed Of Life fut à une époque un titre sur lequel le groupe semblait compter, au point de le jouer une dizaine de fois en concerts au tout début de sa carrière. Pas à la hauteur, il fut néanmoins abandonné au moment de finaliser l’album Boy. Le morceau qui sortit finalement lors de la réédition de l’album en 2008 a perdu ses paroles et se limite à une version instrumentale sans grand intérêt. A noter le final qui possède quelques airs de parenté avec un certain Out of Control.

208

Grace

All That You Can't Leave Behind

Grace traite de la grâce au sens biblique et c’est déjà un trop lourd fardeau à porter pour le titre de clôture d’All That You Can’t Leave Behind. U2 n’est pas toujours bien inspiré lorsqu’il s’agit de terminer un album et Grace en est peut-être la meilleure démonstration. Alors si en plus Bono y adjoint un de ses délires mystiques, la coupe est pleine. Un titre qui ne sert à rien, ne communique rien et nous ennuie du début à la fin.

207

Walk To The Water

The Joshua Tree

De l’aveu de Bono, Joshua Tree est un album incomplet car il est impossible d’apprécier With Or Without indépendamment de Luminous Times et Walk To The Water. Ces trois titres sont supposés former une trilogie et ont d’ailleurs été réunis sur le single de With Or Without You. Qu’il se rassure, nous arrivons très bien à apprécier ce dernier sans Walk To The Water. Cette face B n’offrant qu’un maigre satisfécit pour le « let me love you » final et le mini solo de The Edge qui l’accompagne.

206

Stranger In A Strange Land

October

L’anecdote veut que ce titre ait été inspiré d’un moment vécu par les membres du groupe alors qu’ils passaient la frontière entre Berlin-Ouest et Berlin-Est endormis à l’arrière d’un van durant le Boy Tour. Et effectivement, on ne voit pas quel autre événement plus insignifiant aurait pu coller à ce morceau insipide.

205

A Man And A Woman

How To Dismantle An Atomic Bomb

Qui se souvient encore de l’existence de ce morceau ? Même les plus ardents défenseurs de How To Dismantle An Atomic Bomb ne peuvent guère défendre A Man And A Woman. Bono, habitué des phrases venues d’ailleurs, déclara en 2004 qu’il voulait avec ce titre « réunir dans un même morceau The Clash et Marvin Gaye ». Le résultat laisse perplexe.

204

With A Shout

October

With A Shout est un bon symbole de la faiblesse d’October. Il y a bien quelques bonnes idées mais il est difficile de retenir autre chose que le riff de guitare qui se cherche un peu et Bono qui piaille « Je-ru-sa-leeeem » pendant quatre minutes.

203

The Fool

The Complete U2

The Fool a le mérite d’être probablement l’enregistrement le plus ancien de U2. Le titre date de l’automne 1978, lors de la seconde session studio de l’histoire du groupe. Son seul intérêt est là : découvrir les Irlandais au tout début de leur apprentissage, avec leur son simpliste, une mélodie quasi imperceptible, The Edge s’essayant à un solo bancal et tout ça avec un mixage bien pourri.

202

Things To Make And Do

Boy (bonus & faces B)

Sorti en face B de « A Day Without Me », Things to Make And Do est un morceau instrumental qui a longtemps eu particularité d’être le seul instrumental à avoir été interprété en live par le groupe (il a depuis été rejoint par l’illustre « Return of Stingray Guitar »). Mais il a surtout le bon goût de ne durer que deux minutes, ce qui est amplement suffisant.

201

Treasure (Whatever Happened To Pete The Chop)

War (bonus & faces B)

Treasure a la particularité de reprendre la mélodie d’une démo pop que le groupe avait composée et immédiatement abandonnée en 1979 au grand désarroi de Paul McGuinness. Ce dernier n’arrêtant pas de leur demander ce qu’était devenue cette fameuse démo appelée « Pete The Chop », c’est pour le calmer que les U2 enregistrèrent Treasure trois ans plus tard. Cette anecdote étant le seul intérêt de ce morceau sorti en face B de New Year’s Day.

200

Wild Honey

All That You Can't Leave Behind

Wild Honey ne doit sa présence sur All That You Can’t Leave Behind qu’à Brian Eno qui la trouvait « géniale ». Preuve s’il en est que l’Anglais n’a pas apporté que des grandes choses à la carrière du groupe. Ce cher Larry confiera plus tard avec sobriété que « ce n’était pas un de ses [morceaux] favoris ». La grande majorité des fans est probablement de cet avis tant Wild Honey fait l’unanimité contre lui. All That You Can’t Leave Behind place ainsi trois titres au-delà des 200 dans notre classement, une sacrée performance!

199

Boy/Girl

Boy/Girl appartient au gratin des trois premiers titres sortis sur l’EP « Three ». Mais c’est le seul qui ne finira par sur l’album Boy et qui dégagera rapidement et définitivement des setlists du groupe. Faut-il y voir un quelconque indice de sa qualité ? Si la musique peut communiquer une certaine fraîcheur, il faut bien admettre que l’ensemble est assez faible et les paroles d’une niaiserie confondante.

198

Bass Trap

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

Une boucle de basse sur laquelle The Edge vient improviser quelques accords tandis qu’Eno s’amuse avec son synthé, voilà en substance que ce nous propose Bass Trap, face B du single de The Unforgettable Fire. La mélodie est loin d’être mauvaise mais n’empêche pas au titre de s’inscrire dans la lignée des face B instrumentales inutiles du groupe. A noter qu’une version longue de plus de cinq minutes est sortie sur le Best of 1980-1990, sans rendre ce morceau plus intéressant pour autant.

197

Sweetest Thing

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Ecrite pour Ali à l’époque de The Joshua Tree, Sweetest Thing a tout du cadeau empoisonné. Face B guillerette et sans prétention de Where The Streets Have No Name en 1987, sa carrière aurait dû en rester là. Mais U2 la ressortira de ses cartons en 1998 en tant que single pour promouvoir son premier best-of, mettant un terme radical et sans équivoque à la période Pop et à toute sa musique des années 90. Finalement Sweetest Thing véhicule de bien mauvaises ondes et s’affirme comme le funeste symbole du rétro-pédalage artistique des Irlandais. Un titre à brûler sur la place publique.

196

Rejoice

October

Les amateurs de slogans à l’emporte-pièce retiendront de Rejoice son fameux « I can’t change the world, but I can change the world in me » qui, encore aujourd’hui, pourrait se vendre sur quelques tshirts. Les autres zapperont ce mauvais titre d’October (un de plus) que le riff de The Edge, pourtant omniprésent, ne parvient pas à sauver.

195

Shadows And Tall Trees

Boy

Shadows And Tall Trees est le seul titre issu des toutes premières sessions studios de U2 en 1978 à avoir fini sur un album. Sa présence en clôture de Boy est intéressante car il détonne par son rythme assez lent, à une époque U2 était plus à l’aise à faire du bruit que des ballades. Il est néanmoins pénalisé par son final brouillon et semble totalement tombé aux oubliettes.

194

The Three Sunrises

The Unforgettable Fire (bonus & faces B)

The Three Sunrises, sorti en face B du single de The Unforgettable Fire et sur l’EP Wide Awake in America, témoigne qu’en 1984 U2 commence à sensiblement améliorer le niveau de ses faces B. Mais en dépit d’un certain potentiel à la guitare, ce titre – beaucoup trop criard et décousu – n’avait pas de quoi prétendre à terminer sur un album.

193

Where Did It All Go Wrong

Achtung Baby (bonus & faces B)

Where Did It All Go Wrong est construite sur un texte intéressant basé sur une succession de questions, et c’est d’ailleurs son principal fait d’arme. Face B de l’époque Achtung Baby, elle témoigne du son de l’époque tout en s’aventurant dans une bonne humeur absente de l’album. Les ressemblances avec Lady With The Spinning Head sont évidentes, mais on est très loin de l’excellence de cette dernière. Une cousine attardée tout au plus.

192

Get On Your Boots

No Line On The Horizon

Dix ans plus tard on se demande encore ce que U2 a cherché à faire au moment de sortir son album No Line On The Horizon. Sorti en premier single, supposé être le fer de lance voire le tube de l’album, Get On Your Boots s’est révélé être au contraire un véritable ovni.

Si l’intention (louable) de prendre le public à contrepied et de sortir des sentiers battus est bien palpable, le titre se révèle rapidement indigeste, trop travaillé, surproduit et franchement raté. Sa version live n’aura rien arrangé, incapable de convaincre qui que ce soit en près de deux ans de tournée. Get On Your Boots restera sans doute le plus mauvais premier single de toute la carrière de U2.

191

Desert Of Our Love

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Desert Of Our Love est une démo studio qui aboutira finalement à I Still Haven’t Found What I’m Looking For. Un titre qui n’aurait jamais du parvenir à nos oreilles sans la nécessité de remplir un disque de bonus pour la réédition de The Joshua Tree. On entend sur ce morceau Bono en pleine improvisation inventant en direct les paroles, marmonnant quand il ne sait pas quoi chanter, annonçant le refrain et le début d’un couplet. Intéressant à écouter une fois pour comprendre le processus créatif du groupe, à jeter ensuite.

190

Deep In The Heart

The Joshua Tree (bonus & faces B)

Le groupe raconte qu’Adam et Edge ont été enregistrés sans le savoir lorsqu’ils travaillaient sur ce titre en studio. Ceci peut expliquer le côté décousu et inabouti du morceau. Sorti en face B de I Still Haven’t Found What I’m Looking For, il n’est pas resté dans les mémoires et seul son refrain accroche un peu l’oreille.

189

Love You Like Mad

The Complete U2

Love You like Mad a quelque chose d’intéressant, elle contient les bribes de ce qui deviendra Vertigo et All Because Of You. Et pourtant cette démo date des sessions d’All That You Can’t Leave Behind, quatre ou cinq ans plus tôt. Elle contient d’ailleurs le même pont qu’on retrouvera sur Always, face B de Beautiful Day. Un patchwork amusant qui nous montre que chez les U2 rien ne se perd. L’ensemble reste néanmoins plutôt indigeste et sans âme.

188

MLK

The Unforgettable Fire

MLK est plus une prière qu’une chanson. Bono y apparait seul, accompagné par une piste instrumentale discrète jouée par Brian Eno au synthé. Musicalement sans intérêt, le titre a surtout marqué par son sujet et pour des raisons relevant plus du mythe que de sa qualité intrinsèque.

187

A Celebration

A Celebration est sorti en 1982, entre October et War, sans doute parce qu’il fallait occuper le terrain et éviter de tomber dans l’oubli alors que le groupe travaillait sur War. Il est évident que si ce titre avait été meilleur, le groupe l’aurait gardé bien au chaud pour le mettre sur son nouvel album. Chose rare, le titre est tellement faible qu’il sera rapidement éclipsé par sa face B, Trash Trampoline And The Party Girl, pourtant loin d’être un chef d’oeuvre mais plébiscitée pour ses interprétations en concert.

186

Touch

Sorti en face B de 11 O’Clock Tick Tock, Touch est l’un de ces titres qui nous renvoient au U2 laborieux des débuts, à une époque où le groupe sonnait comme un groupe jouant dans une cuisine et où Bono n’avait pas encore appris à chanter. Le refrain est catastrophique et l’ensemble fort pénible. A écouter pour mesurer le chemin parcouru.

185

Scarlet

October

Non-content d’avoir déjà un titre qui s’appelle Rejoice sur l’album, Bono a décidé d’y adjoindre Scarlet dont les paroles ne sont qu’une suite de « rejoice » sans autre intérêt. Fallait-il vraiment enfoncer le clou de ces réjouissances ecclésiastiques ? Le plus bizarre dans tout cela restera tout de même la réapparition incompréhensible du titre sur scène en 2011.

184

Heaven And Hell

Achtung Baby (bonus & faces B)

Quelque part entre le paradis et l’enfer, il y a ce titre moyen, non terminé, proche de l’improvisation musicale si l’on en croit le solo bancal mais sympathique de The Edge à la guitare. Etrangement le titre semble plus abouti sur le plan lyrique, preuve que Bono s’y était peut-être un peu plus investi que les autres. Cette ballade aurait détonné sur Achtung Baby par sa lenteur et son côté jazzy, et c’est probablement ce qui expliquera son abandon durant les sessions d’enregistrement.

183

Hallelujah (Here She Comes)

Rattle & Hum (bonus & faces B)

Sortie en face B du single de Desire, Hallelujah (Here She Comes) séduit par son côté apaisant et sa délicate orchestration basée sur la guitare sèche d’Edge et les apports de Brian Eno à l’orgue. Un titre rock gospel sympathique faisant une bonne face B et traduisant bien le son de U2 de l’époque, mais probablement pas à la hauteur pour figurer sur l’album Rattle & Hum. A écouter une fois de temps en temps pour le souvenir.

182

I Threw A Brick Through A Window

October

Voilà un titre standard de l’album October, ce qui est loin d’être un compliment. On s’ennuie ferme et la batterie de Larry sonne d’une manière particulièrement pénible. Le morceau semble ne jamais vouloir s’arrêter. Bono déclara que ce titre parlait de lui se regardant dans un miroir et voulant casser ce qu’il y voyait. En se penchant sur October, on comprend bien mieux ce genre d’envie.

181

Big Girls Are Best

All That You Can't Leave Behind (bonus & faces B)

Apparemment Big Girls Are Best fut conçue lors des sessions d’enregistrement de Pop. La basse est d’ailleurs clairement le pilier du morceau et il y a un vague air de ressemblance avec Holy Joe, ce qui tendrait à confirmer cette hypothèse. Le titre est néanmoins trop faible pour pouvoir figurer sur un album et c’est finalement en face B de Stuck In A Moment qu’il sortira. S’il fait peu de doute que le groupe s’est bien amusé en l’enregistrant, on ne peut en pas dire autant en l’écoutant.